Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 2
Un carrefour virtuel : Une zone concertée de médiation

Élèves en difficulté d’apprentissage, secondaire 1er cycle

Polyvalente de La Pocatière , Commission scolaire de Kamouraska—Rivière-du-Loup

Personnes responsables : Martin Bérubé, Monic Vézina



Description du projet

L’idée du projet était de mettre en place et d’opérationnaliser l’application de formation à distance (E-learning) Claroline (Classroom Online). Nous voulions expérimenter cette application télécollaborative avec un groupe d’enseignants du 1er cycle du secondaire pour intervenir spécifiquement auprès des élèves à risque par l’intermédiaire de l’Internet. Ainsi, par ce projet, nous voulions faire émerger la vie de cycle (cycle d’apprentissage) et l’appropriation du concept de différenciation par des enseignants du cheminement régulier. Nous pensions qu’en intervenant auprès du personnel enseignant (une dizaine d’enseignants en tout) dans le développement de leur compétence professionnelle à intégrer les TIC, il y aurait une possibilité de transfert implicite de cette compétence auprès des élèves à risque. Ainsi, nous voulions approfondir la compréhension des compétences transversales du personnel enseignant en abordant spécifiquement celle qui vise à « Exploiter les technologies de l’information et de la communication ». L’approche préconisée était en lien avec l’enseignement stratégique et l’approche participative et réflexive ; Claroline servant d’outil pour réaliser les apprentissages visés. Tenir compte du rythme d’apprentissage de chacun des participants était important dans le respect du processus de différenciation.

Objectifs



- Former le personnel enseignant pour favoriser l’émergence de la vie de cycle
différenciation auprès des élèves à risque au premier cycle du secondaire par l’utilisation de Claroline.

- Développer une approche concertée et stratégique auprès des élèves à risque du
cycle du secondaire dans un but préventif.

- Donner un meilleur encadrement et faire émerger le travail collaboratif chez le
enseignant qui intervient auprès de ces élèves.

- Faciliter l’intégration des TIC avec les élèves à risque.

- Expérimenter l’utilisation d’une application télécollaborative accessible via Internet
enseignants et les élèves.

- Offrir un soutien différencié aux élèves à risque du premier cycle du secondaire.

- Favoriser une démarche d’accompagnement auprès du personnel enseignant axée
processus plutôt que sur le résultat qui est d’utiliser le logiciel avec les élèves.


Résultats

Dans le cadre de ce projet, une série de 7 rencontres a été planifiée que nous pouvonssubdiviser en deux volets, soit :

Volet 1 : Formation de groupes : Les enseignants ont vécu cinq rencontres qui ont servi à de la formation en groupes.

Chacune des rencontres porta sur des thématiques particulières telles que la différenciation, les cycles d’apprentissage, les compétences transversales, etc. Lors de la dernière rencontre de ce volet, nous avons offert aux enseignants de s’engager dans la phase d’expérimentation en classe en leur offrant de les accompagner dans la réalisation d’activités en laboratoire. Pour nous, il s’avérait important de faire des rappels. Mais, il a toujours été évident pour nous que la réalisation leur appartenait.

Volet 2 : Expérimentation en classe.

Nous avons réservé deux rencontres afin d’accompagner individuellement les enseignants pour soutenir leurs expérimentations en classe. Certains ont manifesté leur intérêt, mais n’ont pu réaliser les expérimentations prévues. Aussi, pour ce volet, d’autres difficultés n’ont pu permettre la réalisation de ce volet (voir le point sur les conditions particulières). Nous pouvons dégager certains constats suite à l’appropriation de l’outil par les enseignants et lors de la préparation des activités par ceux-ci :

Constat de l’ampleur du travail de préparation à réaliser de la part du personnel enseignant ;

Constat de certaines difficultés à opérationnaliser des activités pour certaines disciplines (arts plastiques, éducation physique et musique).

Constat qu’il aurait été plus facilitant de travailler en interdisciplinarité pour certains spécialistes, mais Claroline n’a pas été prévu pour réaliser ce type d’activités. Nous croyons que ce qu’il faut retenir de ce projet, c’est que les résultats obtenus se traduisent dans une perspective de démarche exploratoire. Pour nous, il s’avérait primordial d’accorder autant, sinon plus d’intérêt sur la démarche (processus) d’accompagnement et d’appropriation des concepts de vie de cycle, de différenciation et du programme de formation de l’école québécoise, plutôt que seulement sur l’opérationnalisation du logiciel de formation continue auprès des élèves en fin de projet. Toujours dans cette perspective, la participation et la collaboration du personnel enseignant ont été plus qu’appréciables. Mais, il y avait un pas que peu de participants ont voulu franchir pour différentes raisons.

Commentaires sur la réalisation du projet


Conditions particulières ayant facilité la réalisation du projet :


Intérêt marqué des participantes et participants pour connaître l’outil et les approches préconisées. Nous avons observé une très grande ouverture de la part du personnel enseignant impliqué dans le projet.

Les modalités d’animation ont permis les échanges et la concertation, ce qui a facilité de beaucoup l’engagement des participantes et participants dans les formations.

Le respect du rythme d’apprentissage et des opinions a été très apprécié chez les participantes et participants.

L’accessibilité et l’utilisation des équipements informatiques ont été des conditions particulièrement facilitantes pour la bonne conduite du projet.

Évidemment, sans la complicité et l’appui de l’équipe de direction de l’établissement, il aurait été extrêmement difficile de réaliser l’expérimentation.

Conditions particulières ayant rendu plus difficile la réalisation du projet


Travail en sous-groupes à cause du manque chronique de suppléants dans l’établissement. Donc, difficile de réfléchir sur le travail en collégialité.

L’école a aussi été choisie comme école désignée pour l’implantation de la réforme au secondaire dans notre commission scolaire. Ainsi, beaucoup de formations ont été données au personnel enseignant du 1er cycle en très peu de temps, ce qui a provoqué un certain essoufflement.

Les 29 heures obligatoires : l’expérimentation du projet a été perçue comme un surcroît de travail dans un contexte où le personnel enseignant a l’impression qu’on exige beaucoup de lui. De plus, pour que les interventions virtuelles des profs auprès des élèves soient efficaces, il aurait fallu qu’ils interviennent sporadiquement certains soirs et parfois la fin de semaine pour réaliser des activités en mode synchrone auprès des élèves. Dans ce contexte, c’était beaucoup leur demander.

L’outil proposé fut considéré comme un surplus de travail plutôt que comme une valeur ajoutée pour faciliter les interventions auprès des élèves à risque dans un contexte où le concept de différenciation n’est pas encore entièrement assimilé par le personnel enseignant.

Au plan théorique, l’utilisation de l’outil et des concepts sous-jacents était bien perçue. Les participantes et participants partageaient le rationnel du projet, mais pas suffisamment pour s’engager dans l’expérimentation.

L’engagement a été déficitaire chez les participants, mais il y a toujours eu une très bonne participation. On consommait facilement les formations, mais il y avait peu de volonté à s’engager pour expérimenter l’application avec les élèves.

Concernant des disciplines (arts plastiques, musique, éducation physique), certains élèves à risque n’éprouvent pas ou peu de difficultés dans ces disciplines. Aussi, comment intervenir de façon efficace dans ces matières à partir de la plate-forme de formation à distance telle qu’elle est conçue présentement.

L’engagement fut mitigé dans une optique d’interdisciplinarité puisque aucun leadership naturel a émergé au sein des équipes restreintes.

Il fut aussi difficile d’utiliser la journée de planification prévue au calendrier régulier. Les impératifs de la gestion du quotidien n’ont pas été facilitants pour disponibiliser le personnel enseignant qui était surtout mobilisé sur les affaires courantes.

Enfin, les participants ont fait part de leur crainte d’avoir accès au laboratoire d’informatique de l’école pour mener à terme leurs expérimentations en classe avec les élèves.

Adresse


Des problèmes de piratage ont eu comme conséquence de faire disparaître complètement les résultats de cette expérimentation sur le serveur du Récit local .

Si vous êtes au courant d’une nouvelle adresse, n’hésitez pas à us ;la faire connaître
 
ldrecitas@csdm.qc.ca
 


 



 retour aux projets de l’An 2