Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 2
Développement de scénarios et d’outils visuels


Élèves ayant des troubles envahissants du développement ( autisme), Primaire

École Marc-Laflamme , Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île

Personne responsable : Sylvie Melançon, François Rivest



Description du projet


Ce projet de développement a pour objectif de permettre l’intégration d’un support visuel aux activités d’apprentissage proposées aux élèves afin de rendre explicite l’apprentissage de connaissances procédurales. Par leur diffusion, ces mêmes outils pourraient s’avérer pertinents auprès d’élèves ayant d’autres types de difficultés, puisque l’apport de support visuel est appréciable en plusieurs contextes d’apprentissage.

Toutes les compétences disciplinaires du programme de formation sont susceptibles d’êtres visées par ce projet. Les stratégies mobilisées en lecture, en écriture ou en résolution de problème sous-entend toujours la mobilisation d’une procédure qu’il est possible de modéliser. Toutefois, ce sont essentiellement les compétences transversales qui gagneraient à être supportées par des outils visuels puisque ceux-ci sont particulièrement précieux lorsqu’il s’agit de démontrer la réciprocité en situation de communication, les interactions sociales attendues ou l’organisation du travail. L’apprentissage de ces compétences est étroitement lié à des situations concrètes de la vie quotidienne, difficiles à illustrer de façon statique. D’autre part, en contribuant à l’élaboration d’outils visuels, les élèves pourraient développer leurs compétences face aux technologies de l’information et de la communication. Finalement, notons que la motivation et la réussite des élèves autistes s’accroissent lorsqu’un support visuel est utilisé en situation d’apprentissage ; ils sont alors mieux soutenus au moment de réaliser une tâche et deviennent par conséquent plus aptes à cerner l’objet de leur apprentissage.

De leur côté, les enseignants bénéficieraient d’une expertise indéniable en s’appropriant les moyens techniques mis à leur disposition et en appréciant les avantages qu’ils procurent à leurs élèves. Le développement de compétences liées à l’utilisation des technologies se refléterait éventuellement dans d’autre contextes d’enseignement (par exemple, l’utilisation de la caméra pourrait permettre de présenter des projets de classe). Le volet de formation des enseignants comporterait non seulement l’utilisation des périphériques et des logiciels de montage vidéo, mais aussi le perfectionnement de leurs connaissances relativement aux recherches concernant le cerveau et l’apprentissage. Un suivi assuré par une personne ressource ou un conseiller pédagogique permettrait d’établir un lien avec les processus d’apprentissage chez les élèves autistes, dans le but d’élargir l’éventail des stratégies d’enseignement utilisées.
 

Objectifs

Ce projet de développement a pour objectif de permettre l’intégration d’un support visuel aux activités d’apprentissage proposées aux élèves afin de rendre explicite l’apprentissage de connaissances procédurales. Par leur diffusion, ces mêmes outils pourraient s’avérer pertinents auprès d’élèves ayant d’autres types de difficultés, puisque l’apport de support visuel est appréciable en plusieurs contextes d’apprentissage.

Toutes les compétences disciplinaires du programme de formation sont susceptibles d’êtres visées par ce projet. Les stratégies mobilisées en lecture, en écriture ou en résolution de problème sous-entend toujours la mobilisation d’une procédure qu’il est possible de modéliser. Toutefois, ce sont essentiellement les compétences transversales qui gagneraient à être supportées par des outils visuels puisque ceux-ci sont particulièrement précieux lorsqu’il s’agit de démontrer la réciprocité en situation de communication, les interactions sociales attendues ou l’organisation du travail. L’apprentissage de ces compétences est étroitement lié à des situations concrètes de la vie quotidienne, difficiles à illustrer de façon statique. D’autre part, en contribuant à l’élaboration d’outils visuels, les élèves pourraient développer leurs compétences face aux technologies de l’information et de la communication. Finalement, notons que la motivation et la réussite des élèves autistes s’accroissent lorsqu’un support visuel est utilisé en situation d’apprentissage ; ils sont alors mieux soutenus au moment de réaliser une tâche et deviennent par conséquent plus aptes à cerner l’objet de leur apprentissage.

De leur côté, les enseignants bénéficieraient d’une expertise indéniable en s’appropriant les moyens techniques mis à leur disposition et en appréciant les avantages qu’ils procurent à leurs élèves. Le développement de compétences liées à l’utilisation des technologies se refléterait éventuellement dans d’autre contextes d’enseignement (par exemple, l’utilisation de la caméra pourrait permettre de présenter des projets de classe). Le volet de formation des enseignants comporterait non seulement l’utilisation des périphériques et des logiciels de montage vidéo, mais aussi le perfectionnement de leurs connaissances relativement aux recherches concernant le cerveau et l’apprentissage. Un suivi assuré par une personne ressource ou un conseiller pédagogique permettrait d’établir un lien avec les processus d’apprentissage chez les élèves autistes, dans le but d’élargir l’éventail des stratégies d’enseignement utilisées.



Résultats

Développement d’une expertise en utilisation pédagogique de la vidéo.
Développement d’un canevas pédagogique inspiré de l’enseignement stratégique. Celui-ci pourra servir de base à plusieurs projets qui visent les clientèles autistes, handicapées et d’adaptation scolaire en général.
Production de quelques vidéos et de guides d’accompagnement. On pourra les consulter en ligne sur le site de l’école Marc-Laflamme d’ici la fin 2004.
Développement d’un scénario sur l’organisation de l’espace de travail. Du matériel visuel a été produit pour supporter ce scénario.
Ajustements suite à une validation sur le « terrain ».
Le travail sur le terrain a permis de constater que l’enfant responsable et actif par rapport à ses apprentissages est plus motivé.
L’implication de l’apprenant et son utilisation du matériel TIC (caméra, ordinateur, magnétophone, etc.) favorisent son autonomie.
Commentaires sur la réalisation du projet

(-) Accès au G4 difficile puisqu’il est rangé à la bibliothèque et que celle-ci est utilisée à presque toutes les périodes du cycle. Même quand la bibliothèque est libre, le temps d’y installer le matériel rend le temps de travail trop court. Il aurait peut-être fallu opter pour un ordinateur portable. Il aurait fallu que le G4 soit placé à un meilleur endroit pour en faciliter l’accès. Il faut souligner qu’il n’y a pas d’autre espace sécuritaire dans l’école pour entreposer l’ordinateur.
(+) Lorsque l’animateur du RÉCIT local venait travailler à l’école, il s’assurait d’y apporter le portable PC-Windows de son bureau ainsi que son portable personnel Mac.
(-) Il a fallu attendre au mois de janvier pour avoir l’ordinateur G4 et la caméra. Le fil firewire n’a été reçu qu’en février.
(+) Formations de l’AQETA dont une importante sur l’autorégulation.
(+) Formations en enseignement stratégique.
(+) Formation sur l’autisme Asperger par madame Faherty.
(+) Formation sur l’autisme avec monsieur Tony Atwood.
(+) Formation iMovie par madame Edith Jackson de l’école Jules-Verne.
(+ et -) Les formations en enseignement stratégique et à l’AQETA ont poussé l’équipe à revoir certains éléments des scénarios après qu’ils aient été travaillés. Étant donné qu’elles survenaient assez tard dans notre processus de développement pédagogique, nous avons remis quelques éléments sur la planche à dessin.
(+) Accès à une classe d’anglais pour travailler.
(+) Libération d’Elsie Lavoie un jour par semaine grâce à la mesure 30054.
(- et +) Le groupe d’Elsie Lavoie a de grands écarts au niveau académique ainsi qu’au niveau réceptif de la communication. C’est avantageux dans le sens qu’on peut valider si le matériel prévu s’adapte à des élèves de différents niveaux. C’est un désavantage dans le sens où le temps consacré à la planification des journées de suppléance est beaucoup plus long.
(+) Lors du passage de madame Sylvie Melançon à l’école Marc-Laflamme, elle a pu être consultée de façon informelle par Elsie Lavoie sur l’enseignement stratégique et le déroulement des activités.
(++++) La présence de Lucie Gauthier a été très aidante pour le côté technique de l’utilisation de l’ordinateur et de ses périphériques. Son support constant et sa grande expertise auprès des élèves et de leur utilisation de l’ordinateur ont été précieux. Elle a été très impliquée dans le projet depuis le tout début. On a pu se fier à son jugement et à son expérience pour guider plusieurs éléments de réflexion.
(+) La formation assurée par madame Edith Jackson sur iMovie a permis de préparer le matériel visuel par Elsie Lavoie et Lucie Gauthier.
(+) Lucie Gauthier a assuré deux formations : l’une sur Apple Works et l’autre sur iMovie pour les débutants.


Recommandations

Poursuivre les libérations d’Elsie Lavoie pour l’année scolaire 2004-2005 par la reconduction de la mesure 30054 selon les mêmes modalités.
Production du site Web de l’école Marc-Laflamme à l’aide de la coquille de site Web école développée par l’équipe du RÉCIT local.
Présentation du projet aux congrès de l’AQUOPS en 2005 et de la société GRICS en 2004 si le projet est reconduit selon les mêmes modalités.
Contacter les revues Vie pédagogique et Virage pour leur faire part de nos réalisations.
Intégrer le projet dans les diverses sections du portail pédagogique de la CSPI et annoncer l’ouverture du site de l’école dans les nouvelles du portail.
Faire une présentation du projet à d’autres écoles de la CSPI lors d’une journée pédagogique régionale ou CS. Les écoles ciblées sont Fernand-Gauthier, Jacques-Rousseau, Simone-Desjardins et le Tournesol.
Faire un lancement du site outil de l’école Marc-Laflamme avec des directions, des CPA, des CP et d’enseignants des écoles ciblées.
Faire appel aux services d’un graphiste pour développer une banque d’images et de pictogrammes libres de droits pour agrémenter les différents scénarios et pour élargir l’éventail des outils visuels. Il faut considérer que plusieurs élèves autistes ne savent pas lire. Le support visuel est donc d’une grande importance.
Achat de 2 unités de mémoire USB de 128 Mo ou plus pour favoriser le travail réparti sur plusieurs postes de travail.
Faire appel à nouveau à Edith Jackson pour développer davantage nos compétences en montage vidéo.
Reconduire le prêt de matériel TIC : caméra vidéo numérique, ordinateur Mac G4 (portable cette fois-ci pour favoriser le travail à divers endroits) et tout le filage nécessaire.
 


Adresse


Il est regrettable que le résultat de ce travail ne soit pas mis à la disposition de l’ensemble des écoles du Québec car les expériences vécues localement peuvent toujours devenir une ressource pour d’autres milieux, que ce soit comme piste de départ pour un nouveau projet, comme sujet de réflexion ou tout autre moyen d’exploiter les Tic en adaptation scolaire .

En tout temps les personnes responsables de ce projet peuvent nous faire parvenir un exemple (gratuit) du résultat de leur démarche( lien internet ou document) et nous serons heureux d’en faire un lien à partir de cette page.
ldrecitas@csdm.qc.ca
 


 



 retour aux projets de l’An 2