Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 2
Connaissance de divers métiers du secteur professionnel

Responsable du projet : Gaston Audet

École Le Carrefour, Cs des Draveurs

Élèves en difficulté d’apprentissage, secondaire



Description du projet

Nous avons donc commencé le projet par une recherche sur les métiers selon leurs intérêts et leurs traits de personnalité. Nous avons initialement utilisé un petit test de langue anglaise qui permettait de dégager des intérêts vers des champs de carrière. Il y avait 20 grandes catégories comme les transports, les services, les sciences sociales et la loi, etc.

Nous sommes allés, par la suite, sur le site de la formation professionnelle et technique au Québec pour faire une courte recherche sur les métiers du DEP. Chaque étudiant remplissait un formulaire informatique en indiquant trois métiers parmi les 21 secteurs d’activités identifiées. Une fois le formulaire complété, chaque élève devait présenter sommairement les trois métiers retenus. Ils ont pu constater qu’il y avait plusieurs métiers différents au DEP et que les exigences ainsi que le nombre d’heures à la formation variaient.

Nous nous sommes attardés, par la suite, à la typologie professionnelle RIASEC qui distingue six différents types d’intérêt :
R pour réaliste
I pour investigateur
A pour artistique
S pour social
E pour entreprenant
C pour conventionnel

Nous avons discuté avec les élèves des différents types et de leurs caractéristiques. Un petit test sur le site permet de voir des métiers qui correspondraient aux goûts et aux personnalités de chacun. Un petit test sur le site http://monemploi.com donne des métiers intéressants selon la personnalité de chacun.

Nous avons continué le projet en plaçant les élèves en équipe de deux. Ils ont choisi un métier pour leur recherche. Chaque équipe devait choisir un métier émanant du diplôme d’études professionnelles. La recherche devait les amener à connaître le nombre d’heures de formation, les conditions d’admission, les qualités physiques et cognitives du candidat, des renseignements divers sur le métier ainsi qu’une idée des possibilités salariales des candidats.

En cours de recherche, nous avons effectué une sortie éducative avec les élèves au centre de formation Compétence Outaouais. Il y a eu une visite guidée des lieux et une discussion d’environ une heure avec le directeur des programmes portant sur le cheminement professionnel, ses exigences et ses avantages. 

La cueillette de données terminée, les élèves ont mis par écrit leur projet (ils l’ont ensuite transposé sur le support logiciel de Corel Présentation) et l’ont présenté devant leurs confrères de classe. Ils ont finalisé la recherche en montant un petit site web bilingue présentant leur métier. Nous avons été pris de court par les évaluations de fin d’année, mais quelques équipes ont fait du bon travail.






Objectifs

Les enseignants qui ont participé au projet enseignent sont de niveau secondaire dans des classes EHDAA de cheminement particulier (CPC3). Ils ont constaté chez les élèves une méconnaissance du marché du travail en ce qui a trait aux métiers du secteur professionnel. Les métiers professionnels semblaient être perçus pour la majorité de ceux-ci comme une perte de temps. Les élèves semblaient valoriser les emplois universitaires.

Quelques élèves des deux classes voulaient devenir vétérinaires, médecins, informaticiens, avocats et même acteurs ou mannequins sur la scène internationale. La majorité d’entre eux n’avaient aucune idée, à court ou à long terme, du métier qu’ils voudraient occuper dans le futur.
 
Nos objectifs initiaux ont donc été d’amener les élèves à faire un inventaire des métiers. Nous avons poursuivi la démarche en mettant l’emphase au niveau de la formation professionnelle afin de leur permettre de mieux connaître ces métiers. Nous trouvions qu’il était important qu’ils connaissent les exigences et les avantages de ces divers métiers et qu’ils puissent se fixer initialement des objectifs transitoires ou permanents dans un cheminement de carrière. Cet objectif visait donc une valorisation des métiers.

Parmi les autres objectifs que nous nous étions fixés, était de palier au décrochage scolaire, en préparant avec chacun d’eux, un plan concret de cheminement de carrière. Nous voulions les amener à un cheminement de carrière adapté avec des connaissances qu’ils auraient la chance d’acquérir lors de cette recherche. Des élèves pensaient qu’il n’y avait aucun avenir en cheminement particulier au secondaire. Les intervenants au projet pensaient, de leur côté, qu’un cheminement en ISPJ pouvait aider plusieurs élèves à bien se préparer vers une future carrière. Pour d’autres, un cheminement au secteur adulte paraissait être une solution avantageuse afin d’atteindre leurs objectifs.

Sur un plan pédagogique lié aux TIC, nous avions les objectifs suivants :

Compétences transversales :
L’élève devait exploiter l’information, exploiter les technologies de l’information et de la communication et communiquer de façon appropriée à l’oral et à l’écrit. L’élève devait aussi développer des méthodes de travail efficaces.

Domaines généraux de formation :
Médias- Appropriation du matériel et des codes de communication médiatique.
Orientation et Entrepreneuriat- Appropriation des stratégies liées à un projet. Connaissance du monde du travail, des rôles sociaux, des métiers et des professions.
 

Conditions favorables et défavorables

Une des conditions favorables est celle des élèves du CPC-3 à notre école qui ont un cours d’informatique inscrit à leur horaire (deux périodes par cycle).

Une autre condition positive a été le peu d’intervenants liés au projet. Il n’y avait que deux groupes en CPC-3. L’enseignante de français enseignait également la formation personnelle et sociale et l’enseignant d’anglais, de son côté, enseignait également l’informatique.

Une bonne entente des intervenants au projet a permis de développer une certaine synergie avec des objectifs communs. Même si ce n’était pas toujours évident lors des discussions fréquentes, nous communiquions le travail effectué. Parfois, nous avons travaillé selon une méthode parallèle, parfois selon une approche de complémentarité.

Le support et la générosité en temps du personnel à Compétence Outaouais ont aussi été un agent facilitateur en montrant concrètement aux élèves, l’environnement de la formation professionnelle.

Parmi les éléments ayant rendu la réalisation plus difficile, il faut mentionner les phases de production écrite et de présentation orale. Les équipes n’avaient pas l’habitude de faire des travaux sur un même thème pour une aussi longue période. Les phases initiales du projet ont été plus faciles parce qu’elles étaient courtes et qu’elles demandaient plus de discussions de la part des élèves.

Nous pensons que le travail en équipe aide à développer des qualités d’entraide. Cependant, beaucoup d’élèves ont éprouvé des difficultés à travailler en équipe, certains allant même jusqu’à se fier à leur coéquipier pour faire toute la tâche.

L’enseignant en informatique a demandé à chaque élève de faire une page web distincte de son coéquipier en collaboration avec celui-ci. Malgré la connaissance du logiciel Netscape Composer qui rend très facile la création de cinq pages (deux anglaises, deux françaises et une de lien entre les deux langues), il a été laborieux de conclure ce travail. Les évaluations pédagogiques de fin d’années ont permis de couper court à la production finale du projet.

La disponibilité du matériel informatique, qui devait être réservée longtemps d’avance, a finalement été une source de soucis. Ainsi, alors que nous n’avions pas encore atteint idéalement le temps d’aller au local d’informatique, il fallait se présenter quand même et faire le travail prévu. Mêmes difficultés avec le projecteur lors de la présentation orale qui a été difficile d’utilisation. La technologie, quoiqu’utile, est parfois aussi capricieuse.


La disponibilité du matériel informatique, qui devait être réservée longtemps d’avance, a
finalement été une source de soucis. Ainsi, alors que nous n’avions pas encore atteint idéalement le temps d’aller au local d’informatique, il fallait se présenter quand même et faire le travail prévu. Mêmes difficultés avec le projecteur lors de la présentation orale qui a été difficile d’utilisation. La technologie, quoiqu’utile, est parfois aussi capricieuse.

Recommandations

Il serait intéressant, pour toute personne intéressée par le projet, d’avoir les adresses de sites web pertinents.

http://imt.emploiquebec.net/
http://www.geocities.com/metiers_qu...
http://www.mels.gouv.qc.ca/FPTFC.htm
http://www2.inforoutefpt.org/guide/...
http://ch.monemploi.com/dossiers/fo...
http://www.meq.gouv.qc.ca/STAT/indi...
http://www.toutpourreussir.com/
http://www.mels.gouv.qc.ca/rens/bro...
http://www.monemploi.com

Les élèves en difficultés d’apprentissage CPC-3 aiment les activités courtes, mais il faut les aider à développer de la ténacité au travail. Nous pensons qu’il serait bien d’étendre le projet sur plusieurs mois au lieu de le concentrer sur un petit laps de temps.

J’ai discuté avec ma collègue au sujet du travail d’équipe et elle me dit que malgré les difficultés observées, nous devons donner des outils aux élèves pour savoir travailler en coopération. Donc, il nous semble que malgré des résultats mitigés en ce domaine, il serait important de persévérer en ce sens.


Résultats

Somme toute, nous avons remarqué que les étudiants ont beaucoup appris sur le cheminement du DEP. Des élèves veulent continuer des études dans ce secteur, plus tard. Des commentaires comme : « Ça ne sert à rien » sont devenus moins courants, surtout après la visite du Centre Compétences Outaouais.

Nous croyons que plus d’élèves ont opté pour un cheminement ISPJ de stage en milieu de travail plutôt que d’aller aux adultes l’année suivante, car la clientèle est restée à peu près la même en ISPJ et nous avions un groupe de moins en CPC-3 pour l’année de référence.

Les élèves ont développé de meilleurs outils. Nous avons pris soin d’inviter la conseillère en orientation pour une présentation en classe, démarche jamais entreprise dans le passé avec cette clientèle. Les questions des élèves sur leur cheminement académique étaient pertinentes.

Mais, pour ce qui est du travail en équipe, beaucoup d’amélioration reste à faire…


***



Il est regrettable que le résultat de ce travail ne soit pas mis à la disposition de l’ensemble des écoles du Québec car les expériences vécues localement peuvent toujours devenir une ressource pour d’autres milieux, que ce soit comme piste de départ pour un nouveau projet, comme sujet de réflexion ou tout autre moyen d’exploiter les Tic en adaptation scolaire .

En tout temps les personnes responsables de ce projet peuvent nous faire parvenir un exemple (gratuit) du résultat de leur démarche( lien internet ou document) et nous serons heureux d’en faire un lien à partir de cette page.
ldrecitas@csdm.qc.ca


 



 retour aux projets de l’An 2