Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 3
Intégrer les tic à l’enseignement apporte une valeur ajoutée à l’apprentissage, favorise la différenciation et augmente la réussite des élèves

Élèves en difficulté d’apprentissage , primaire et 1 er cycle du secondaire

École primaire j.-amédée-bélanger, École secondaire félix-gabriel-marchand, École primaire notre-dame-de-lourdes, secteur iberville, École polyvalente armand-racicot, École primaire saint-alexandre Cs des Hautes-Rivières

Responsable du projet : André-Paul Bouchard, animateur du RÉCIT loca et Didier Tremblay, consultant, responsable du projet


Descrition du projet

Le projet se déroule dans une approche systémique qui favorise une intégration large des tic dans la classe en adaptation scolaire. Il ne s’agit pas de limiter le projet à l’utilisation de logiciels dédiés spécifiquement à certains troubles d’apprentissage mais plutôt de voir comment les tic, généralement utilisées par d’autres clientèles, peuvent être réinvesties pour les élèves en adaptation scolaire. En fait, il s’agit surtout de développer la compétence tic des élèves tout en favorisant le développement chez ceux-ci des autres compétences prévues au programme de formation. Nous mettrons donc en place un environnement technologique dans cinq classes de la commission scolaire et nous évaluerons l’impact de cet environnement sur l’apprentissage des élèves. Cinq enseignants et une orthopédagogue sont impliqués dans l’expérimentation.

L’environnement technologique
Dans chaque classe, nous avons installer des ordinateurs en réseau selon un ratio de 1 ordinateur pour deux élèves dont au moins un ordinateur assez performant pour la production et le montage de vidéos réalisés par les élèves. Caméras vidéo et accessoires ont été mis à la disposition des classes.
 
Sur les postes de travail, on a installé différents logiciels de production que l’on retrouve régulièrement sur la plupart des ordinateurs : word, powerpoint dictionnaire électronique, inspiration, logitexte, oralys (2 classes seulement) et d’autres si nécessaire selon les besoins manifestés par les élèves, leurs projets et les enseignants. C’est avec ces logiciels que l’essentiel du travail des élèves s’est réalisé. 

Les ordinateurs ont été reliés en réseau. Chaque élève dispose d’un accès au portail de la commisison scolaire et y retrouve un espace de travail adapté.

L’environnement pédagogique
La pédagogie de l’écriture en contexte technologique.
Le première volet a consisté à créer des assises pédagogiques solides chez les enseignants impliqués par rapport à la valeur ajoutée que les tic apportent à l’enseignement et l’apprentissage. Lors de discussions et de réflexions sur la problématique, les enseignants ont été amenés graduellement à mettre en place une pédagogie de l’écriture en contexte technologique. La pédagogie de l’écriture mise en place s’inspire des travaux sur la console d’écriture initiés par messieurs didier tremblay et jean-yves fréchette et constitue les assises sur lesquelles s’appuient les apprentissages des élèves. Dans les deux classes d’élèves éprouvant des difficultés langagières, nous avons installé le logiciel oralys. Puisque ce logiciel est en période de conception, l’orthopédagogue impliquée dans le projet a observé les élèves dans le but d’évaluer la pertinence d’un tel logiciel et de proposer certaines améliorations aux développeurs du logiciel. Son apport à la pédagogie de l’écriture en contexte tic nous semble particulièrement intéressant.

La motivation des élèves, la signifiance des situations d’écriture.
Le deuxième volet du projet vise à augmenter la motivation des élèves en leur fournissant un destinataire réel lorsqu’ils sont en processus d’écriture. De plus, durant ces activités d’écriture, nous travaillons l’estime de soi des élèves. Pour cela, nous avons utilisé l’activité de correspondance avec les personnages du village prologue. Ainsi les élèves avaient droit à leur correspondant attitré. Puisque ces échanges se déroulent sur une trame temporelle (ces personnages vivent en 1852) liées à l’histoire de nos ancêtres, les élèves sont constamment en situation de résolution de problèmes liées à leurs intérêts et aux questions qui les intéressent. En plus de créer une motivation importante chez ces élèves, nous abordons le côté affectif d’une relation épistolaire puisque ces personnages sont animés par des individus qui rédigent des réponses personnalisées. Les élèves de quatre des six classes ont vécu la correspondance à des degrés divers. L’activité a commencé tardivement. Dans une classe, l’enseignante a choisi une correspondance collective avec un seul personnage. Et l’autre enseignante a préféré attendre l’an prochain.

Entrer dans l’univers du multimédia par la production vidéo.
Le troisième volet du projet consiste à mettre les élèves en action dans la production de courtes séquences vidéo. Cette technologie est maintenant disponible et la simplicité d’utilisation des logiciels est étonnante. Évidemment, ce n’est pas tant la technologie qui nous intéresse mais plutôt tout ce qu’il est possible de développer chez les élèves en les mettant ainsi en action. Le film, le cinéma et la télévision sont des médias qui prennent de plus en plus de place dans la vie des jeunes et souvent, les repères pour les traiter à leur juste valeur manquent. Ici, la créativité peut exploser car l’effet miroir joue un rôle qui permet aux élèves de réajuster ce qu’ils voient. Une classe a particulièrement utilisé ce média et les élèves ont réalisé plusieurs projets. Une autre s’en est servi pour réaliser de courts clips dans lesquels les élèves se sont présentés. Dans une autre classe, les élèves ont réalisé quatre clips vidéo à la fin de l’année.



Objectifs


Notre objectif est de montrer qu’une intégration pertinente des tic à l’enseignement apporte une valeur ajoutée à l’apprentissage, incite à la différenciation et favorise la réussite des élèves, plus particulièrement chez ceux qui éprouvent des difficultés. Par conséquent, les compétences identifiées par le programme de formation se développent sur un terrain fertile.

Cependant, il est primordial de répondre aux questions suivantes liées directement à la problématique de l’approche systémique.

— pourquoi et comment une approche systémique où se conjuguent pédagogie de l’écriture en contexte tic, situation signifiante d’écriture et multimédia peut-elle aider ces élèves.
— jusqu’où peut-on aller avec ces enfants ?
— comment et dans quelles conditions les environnements technologique et pédagogique permettent la différenciation ?
— comment réagissent les enseignants face à la formation ? Que faut-il déployer pour leur formation et leur adhésion ?
— quels sont les ajustements nécessaires tant au niveau des enseignants que des élèves ?
— évaluer la pertinence du logiciel oralys pour aider les élèves éprouvant des difficulté langagières.


Conditions ayant facilité ou rendu plus difficile la réalisation du projet

Le projet prévoyait l’achat d’ordinateurs pour les élèves des classes impliquées. Malheureusement, des délais importants dans l’achat, la livraison et l’installation de ces ordinateurs ont retardé l’utilisation en classe avec les élèves. 

De plus, nous avions prévu des portables en réseau avec un lien sans fil dans chacune des écoles impliquées. Pour des raisons de sécurité et de coûts, un tel système n’a pu être mis en place. Les ordinateurs portables ont donc été utilisés comme des ordinateurs de table, la connection au réseau de la commission n’étant possible que par les fils accrochés au mur. De plus, dans une classe, les élèves devaient se regrouper dans un espace très restreint (toujours à cause des fils).

Ces délais ont évidemment eu un effet sur l’ensemble du projet. Par contre, la motivation des enseignants est intacte et le projet se poursuivra l’an prochain.


Recommandations

La formation est la clé de voûte d’une implantation réussie de cette approche systémique dans une classe. Elle doit être abordée dans une optique d’ouverture, de respect des différences et d’accompagnement. De plus, il faut la voir à long terme (deux ou trois ans) en assurant un support régulier.

L’environnement technologique doit être fonctionnel. Les ordinateurs doivent être en nombre suffisant de préférence dans la classe : un ordinateur par élève (un pour deux élèves au minimum)


Résultats

Un dvd accompagne ce projet. On y retrouve des entrevues avec les enseignants impliqués, des montages présentant des élèves dans diverses situations d’apprentissage en contexte tic et des réalisations des élèves. Ces traces nous semblaient indispensables afin de vraiment profiter de l’expérience qui s’est déroulée dans ces écoles.

Les résultats obtenus sont très intéressants mais ils doivent être mis en contexte car chacun des groupes qui a participé à l’expérience a évolué dans des contextes différents. Par exemple, pour le groupe d’élèves de premier cycle, les retards occasionnés par la disponibilité du matériel nous empêchent d’émettre des conclusions définitives. Le temps d’utilisation a été trop court. L’enseignante a cependant observé des changements et des attitudes chez ses élèves de telle sorte que sa motivation dure encore après le projet. L’utilisation des tic lui apparaît comme un outil extraordinaire pour motiver ces enfants dans leurs apprentissages. 

Pour le groupe de 3e cycle en trouble du comportement, il en fut tout autrement. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’y revenir. La diversité des groupes, la diversité des expériences personnelles des enseignants par rapport à l’utilisation des tic, les intérêts liés au besoin des clientèles et les réalités tic vécues dans les écoles nous amènent à tirer des conclusions que nous situerons dans leur contexte respectif.

Voyons comment chacun des objectifs visés par le projet se sont transposés dans la réalité.

Objectif 1
———————————————
Pourquoi et comment une approche systémique où se conjuguent pédagogie de l’écriture en contexte tic, situation signifiante d’écriture et multimédia peut-elle aider ces élèves.
———————————————

Avant de répondre au « pourquoi » et au « comment », il est pertinent de répondre à la question « est-ce que cela aide les élèves ? ». Tous les enseignants impliqués disent « oui » à cette question. Pourquoi ? Parce qu’ils constatent une motivation exceptionnelle chez leurs élèves. Quand on sait que la motivation est un pré-requis essentiel à l’apprentissage, on comprend la réaction positive des enseignants. 

Mais, d’où vient cette motivation ?
Dans ce genre d’approche, l’ordinateur s’intègre au quotidien de la classe et par voie de conséquence permet aux élèves de faire les choses différemment. Cette diversité peut se transformer rapidement en différenciation pédagogique lorsque l’enseignant en est conscient et sait en tirer profit dans les situations d’apprentissage qu’il met en place. La motivation initiale des élèves étant au rendez-vous, le travail de l’enseignant est plus efficace. Cette efficacité alimente alors la motivation des élèves en améliorant leur estime de soi.
Un autre élément, non négligeable, concerne le vécu des élèves en société. L’ordinateur est un objet de leur quotidien. Il y en a partout et ils servent dans toutes les sphères de l’activité humaine. Les élèves ont un préjugé favorable envers ces machines qu’ils côtoient depuis leur naissance. Ce préjugé est probablement associé au caractère ludique des ordinateurs. 

En résumé, on peut dire que la présence des ordinateurs aide les élèves dans leurs apprentissages parce qu’ils ont un préjugé favorable qui leur donne une motivation supplémentaire, non négligeable. Cependant, la motivation n’est pas tout, elle ouvre la porte.

Maintenant, est-ce que cette motivation dure ?
La réponse à cette question est directement liée au « comment ». Pour que la motivation dure, elle doit être constamment alimentée par la sensation de plaisir que procure l’apprentissage. Les élèves doivent donc apprendre et apprendre mieux en utilisant l’ordinateur. 

Personnellement, l’expérience de mes dernières années dans le monde des tic en éducation me porte à dire que le principal avantage de l’ordinateur dans l’enseignement est qu’il agit comme un catalyseur déstabilisant sur certaines pratiques pédagogiques des enseignants. Quand les tic sont dans la classe, l’enseignant cherche à les intégrer dans son enseignement. Rapidement, il se rend compte qu’il est très difficile de transférer son enseignement magistral à l’écran. Il devrait y investir des énergies considérables (leçons informatisées, sites web, exercices informatisés, etc. . . ) pour des résultats qui ne justifient absolument pas l’investissement. Que faire alors ? La voie est toute tracée : s’en servir comme outil de recherche, de production, d’analyse, de planification ou autre pour soutenir la réalisation de divers projets ou activités dans lesquels les élèves sont les exécutants. 
Dans ce genre de situation, il est plus facile de réunir certains principes essentiels à l’apprentissage :
L’élève est motivé
L’élève est exécutant
L’élève est en contrôle sur la tâche
La tâche constitue un défi surmontable qui procure le plaisir. . .

L’approche systémique a été suggérée aux enseignants dès le début du projet et tous y ont adhéré. Évidemment, cette adhésion était intimement liée à certaines croyances personnelles. 
La lecture et l’écriture étant au centre des apprentissages, une pédagogie de l’écriture en contexte tic s’avère intéressante. À cet égard, nous nous sommes concentrés sur des idées pédagogiques plutôt que sur des logiciels. Ces idées ne sont pas nouvelles, mais quand elles sont supportées par les tic, elles sont plus efficaces.

1) faire un plan
2) réutiliser le plan dans l’écriture du texte
3) utiliser un dictionnaire électronique
4) construire une grammaire personnelle basée sur les difficultés de l’élève
5) favoriser le doute chez l’élève quand il écrit.
6) écrire souvent en privilégiant des textes courts.

À cet égard, on trouvera un texte en pièce-jointe sur le processus d’écriture en contexte tic et intitulé « processus écriture.doc ». Ces réflexions ont servi de base dans la formation des enseignants. L’essentiel dans ce texte est de comprendre qu’il est pertinent de mettre en place une pédagogie de l’écriture en contexte tic. De ce fait, les apprentissages scolaires ont un cadre riche en potentiel. 

Les enseignants ont utilisé divers logiciels et ont adapté la pédagogie de l’écriture en contexte tic en fonction de leur clientèle. Ainsi, on utilise word, logitexte ou inspiration pour faire le plan. Le choix est offert aux élèves. Plusieurs autres logiciels ont été utilisés : powerpoint, imovie, dvstudio 9, le portail, le petit robert électronique, bdstudio, etc., cela dépendait des projets.

La lecture et l’écriture sont vraiment la plaque tournante de cette approche systémique. Le village prologue et la production de vidéos sont des bonifications qui enrichissent les situations de lecture et d’écriture. Le village prologue a permis une correspondance signifiante et intéressante pour les élèves. Quant à la vidéo, elle a ouvert tout un monde de possibilités. En explorant ces avenues, l’enseignant en vient à voir les tic dans la plupart des activités de la classe. Il en est de même des élèves. Avant d’arriver à une véritable approche systémique, l’enseignant passe nécessairement par différentes étapes, différents stades. Le chemin utilisé, le rythme d’intégration et l’esprit novateur qui est sollicité sont très différents d’une personne à l’autre. 

Voyons maintenant comment l’un des enseignants a intégré ce concept d’approche systémique. Ce dernier avait déjà deux années d’expérience à son actif. Les résultats chez ses élèves sont étonnants et très prometteurs. Il s’agit d’une classe d’élève en trouble du comportement regroupant des enfants de la 3e à la 6e année du primaire. 

Le premier constat ressort clairement  :
Utilisé pertinemment dans une dynamique de classe quotidienne, les tic sont un excellent moyen de développer chez ces élèves les habiletés sociales qui leur font souvent défaut. 

Contrairement à la croyance populaire qui dit que les ordinateurs isolent les élèves, nous avons constaté qu’ils aident plutôt à donner un sens à la coopération à la collaboration et à l’entraide. À partir du moment où les élèves sont dans cette dynamique, ils apprennent à se respecter, s’apprécier mutuellement, partager, évoluer dans des équipes et développer un sentiment d’appartenance. Voici deux exemples :

L’enseignant a identifié un élève particulièrement « rejeté » par les autres. Il lui a montré comment utiliser un logiciel. Cet élève est devenu le seul expert de la classe dans le domaine et donc celui qui a montré aux autres comment faire et qui les dépanne encore à l’occasion. Cela a été suffisant pour que cet élève soit accepté du groupe et respecté par tous.

Ainsi, l’enseignant au fur et à mesure des projets, a confié des expertises particulières à plusieurs élèves différents. La classe a commencé à travailler en équipe, chacun s’entraidant.

L’autre exemple est particulièrement brillant. C’est l’enseignant qui l’a imaginé. Il a proposé à un élève de faire un film dont il serait le sujet principal. L’histoire se déroulerait autour d’une difficulté particulière qu’il éprouve dans ses relations avec les autres : « c’est jamais de sa faute ; c’est toujours les autres ». La condition était que la mère de l’enfant accepte de rédiger le scénario du film avec son enfant. On voit bien ici la préoccupation de l’enseignant : intégrer la famille dans le développement de l’enfant. Ce qui fut accepté. Toute la classe a participé au film. Le résultat est renversant et parle de lui-même. On le retrouve sur le dvd sous le titre « chicane au baseball ».

Ses élèves utilisent maintenant les tic tous les jours. Ils lisent et écrivent quotidiennement. Ils ont adopté des attitudes saines face à l’écriture et sont motivés. Ils utilisent le portail pour accéder à l’horaire de travail de la semaine, y déposer leurs documents et échanger avec d’autres élèves. Dans le domaine de la vidéo, ils sont devenus les experts de l’école. On a recours à leur service dans les classes régulières. 

Objectif 2
——————————
Jusqu’où peut-on aller avec ces élèves ?
——————————
Il est difficile de donner une réponse à une telle question mais nous pouvons quand même donner quelques pistes intéressantes. Les réalités quotidiennes que vivent les enseignants avec les élèves éprouvant des difficultés du comportement sont toujours difficiles. Ce n’est pas parce qu’on introduit des ordinateurs dans la classe que cela va changer. Il faut plus que cela. Après plusieurs années vécues dans le domaine des tic en éducation, je crois que c’est l’enseignant qui fait toute la différence et le succès d’une intégration des tic à la vie de la classe. Sa passion, son engagement et le soucis qu’il porte à la réussite de ses élèves lui permettent de faire déjà beaucoup sans les tic. Les enseignants impliqués dans cette expérience adhèrent à l’idée qu’ils peuvent faire encore mieux en intégrant les tic à l’apprentissage des élèves.

Nous commençons à peine à explorer l’impact des tic avec cette clientèle et déjà on constate que l’on peut aller au-delà des idées reçues et briser certains mythes sur la motivation de ces enfants et leur capacité d’apprendre.

Quant aux clientèles éprouvant des difficultés langagières, il est généralement admis que l’ordinateur peut aider ces enfants puisqu’il existe une mesure spécifique du meq qui subventionne l’achat d’ordinateurs pour ces élèves. Certes, on utilise l’ordinateur pour des besoins plus particuliers liés au développement du langage, mais nous avons aussi exploré des avenues plus ouvertes. En fait, nous avons surtout tenté de mettre en place des situations signifiantes et concrètes dans lesquelles le développement des habiletés langagières prennent du sens.

Les enseignantes veulent poursuivre l’intégration des tic au quotidien de la classe l’an prochain, mettre en place d’autres situations et améliorer celles de cette année. Le travail n’est pas terminé mais cette première année a été très profitable et les enseignantes croient au potentiel des tic avec leurs élèves. 

Objectif 3
——————————
Comment et dans quelles conditions les environnements technologique et pédagogique permettent la différenciation ?
———————————
Lors des discussions et des entrevues réalisées avec les enseignants, il ressort clairement que les tic sont un outil pour faciliter la différenciation. Quand on comprend toute l’importance que cela peut avoir dans des classes en adaptation scolaire, on se doit d’être sensible à cette question. 

Les tic proposent une autre façon de faire qui rejoint des élèves sur lesquels les autres approches ont peu d’effet. Sans mettre en place des situations particulières basées sur les principes de la différenciation, nous avons observé les pratiques des enseignants à cet égard. Voici quelques exemples qui illustrent ce que fait l’enseignant le plus expérimenté du groupe avec ses élèves en trouble du comportement. Dans sa classe, on retrouve des élèves de la 3e année à la 6e année. Différencier devient vital.

Dans les situations d’écriture, les élèves ont le choix du médium utilisé. Pour faire le plan, par exemple, les élèves peuvent utiliser plusieurs logiciels (logitexte, word ou inspiration). Dans des projets divers, le produit peut prendre des formes différentes choisies par les élèves ( bande dessinée, pao, clip vidéo, affiche, etc). Les élèves ne font pas les mêmes choses en même temps. Les tâches sont adaptées au niveau de développement et au rythme d’apprentissage des élèves. Les modalités d’organisation de la classe sont variées. Les élèves travaillent seuls, en petit groupe en équipe ou en grand groupe selon les besoins et les projets. 

L’approche systémique et la pédagogie de l’écriture en contexte tic utilisées dans ce projet favorisent aussi la différenciation. L’élève travaille sur ses difficultés grammaticales et lexicales, il écrit aux personnages du village prologue sur des sujets qui le motivent et qui l’intéressent. À cela s’ajoute un lien affectif avec ce personnage, lien qui est générateur de prétextes variés pour l’écriture. Un élève peut entreprendre une recherche sur les avions parce que son personnage veut en savoir plus sur le sujet tandis qu’un autre peut raconter de quelle façon on joue au hockey. Le fait que les correspondants soient séparés par 150 ans est très riche en situations de résolution de problèmes. Encore là, cela se fait en concordance avec les intérêts et les motivations de l’élève. De plus, l’environnement organisationnel pour la production de clips vidéo est propice à valoriser les différences. Tous les métiers du cinéma y passent avec les habiletés diverses sollicitées : comédien, scripteur, caméraman, monteur, réalisateur, perchiste, décorateur, etc. Écrire se fait toujours dans un contexte signifiant et motivant.

Cette approche systémique, la pédagogie de l’écriture qui lui est associée et l’environnement technologique favorisent et simplifient la mise en place de dispositifs de différenciation sur les structures, les contenus, les processus et les produits.

À cela, il faut ajouter la disponibilité de la technologie : les ordinateurs doivent être en nombre suffisant : idéalement, un pour chaque élève ; minimalement un pour deux élèves. Un nombre suffisant d’ordinateurs permet une fréquence d’utilisation suffisante, laquelle rend possible l’approche systémique que nous avons utilisée.

Un environnement technologique adéquat et fonctionnel est très important. La disponibilité du soutien technique est tout aussi importante. On ne le répétera jamais assez : quand la technologie n’est pas au rendez-vous, quand le support technique est déficient, la valeur ajoutée que les tic peuvent apporter à l’enseignement et l’apprentissage est vite obscurcie par les problèmes techniques, les soupirs d’impatience, les déceptions et l’abandon des enseignants.

Objectif 4
————————————
Comment réagissent les enseignants face à la formation ? Que faut-il déployer pour leur formation et leur adhésion ?
————————————

La formation des enseignants a été abordé sur le seul principe de répondre le mieux possible aux besoins exprimés. Or, quand on commence à se familiariser avec les tic, les besoins semblent tellement nombreux qu’il est facile de s’égarer dans des approches infructueuses. 

Il est donc important d’orienter la formation à l’intérieur de balises. En voici quelques-unes :
Les principes de la différenciation s’appliquent tout à fait à des enseignants en formation sur l’intégration des tic à l’enseignement et l’apprentissage.
Les formations de type magistral ont peu ou pas d’effet.
Les enseignants doivent être impliqués et se sentir soutenus.
Les enseignants doivent pouvoir partager, discuter et réfléchir ensemble autour de leurs expériences en classe.
Il faut laisser le temps faire son oeuvre.

Voici, en résumé, les profils des enseignants qui ont participé à ce projet.

— as d’expérience avec les tic mais connaît le traitement de texte word.(2)
— ronne expérience technique avec les ordinateurs et les logiciels mais ne voit pas comment les utiliser avec des enfants de 1er cycle en difficulté d’apprentissage. Ses élèves ne savent pas écrire et quelques-uns ne savent pas lire.(1)
— erois ans d’expérience et de cheminement avec les tic. Se débrouille bien techniquement avec les ordinateurs. Utilise divers logiciels, fait de la vidéo, utilise le portail et invente des activités pour ses élèves.(1)
— sonne expérience technique avec les ordinateurs. Habitué au travail en laboratoire. (2)

Les premières rencontres ont permis de préciser l’approche systémique et de faire un tour d’horizon de la pédagogie de l’écriture. Quand les ordinateurs ont été installés, les besoins sont ressortis. Lors d’une rencontre de partage, les enseignants ont exprimé le besoin d’être soutenus en classe. Ce type de formation a été accepté à la condition qu’elle s’adresse à quelques élèves choisis qui deviendraient ensuite des moniteurs. Ainsi, les projets pouvaient démarrer plus vite parce que les enseignants n’avaient pas besoin de maîtriser les logiciels avant les élèves. Avec une personne ressource dans la classe, l’enseignant se sentait en confiance, se concentrait sur son travail avec les autres élèves et pouvait voir comment ses élèves se débrouillaient avec les tic.

On a constaté que les élèves réussissent très bien à expliquer aux autres et qu’en plus les enseignants apprennent à se familiariser avec les logiciels utilisés. Cette approche a donné d’excellents résultats. Non seulement, les élèves moniteurs rendent de fiers services, mais cela constitue des situations réelles de communication tout en ayant un effet positif sur l’estime de soi. On comprendra que ce modèle a d’abord été utilisé avec les enseignants débutants en tic. 

Il fut ensuite proposé aux autres enseignants qui le désiraient. Encore là, le modèle s’est avéré prometteur et nous a mené à ouvrir le concept plus largement. Les élèves en trouble du comportement se sont déplacés pour aider les élèves de la classe de 1er cycle. Ils ont fait de même pour aider les deux classes d’élèves éprouvant des difficultés langagières.

Cette idée est venue lors des discussions entre enseignants. Elle est particulièrement intéressante et mérite d’être explorée d’une façon plus approfondie.

Le potentiel est énorme à plusieurs égards :
Estime de soi des élèves ;
Situations réelles de communication ;
Motivation supplémentaire ;
Liens affectifs entre élèves d’âges différents ;
Collaboration et partage entre enseignants ;
Développement de la métacognition chez les élèves moniteurs ;
Développement des habiletés sociales ;
Facilite l’intégration.

Objectif 5
———————————
Quels sont les ajustements nécessaires tant au niveau des élèves que des enseignants ?
———————————
Mettre en place l’approche systémique proposée par ce projet dans une classe demande du temps. Il y a le temps imputé à l’apprentissage des logiciels et à la maîtrise relative de la machine mais il y a aussi le temps de la réflexion, de l’observation et de l’expérimentation en classe.

Il faut accepter que les enseignants soient en expérimentation, qu’ils essaient et donc qu’ils commettent quelques maladresses. Comme formateur, on veut souvent que tout soit impeccable et que les enseignants appliquent ce qu’on leur a enseigné comme on le leur a enseigné.

Avec le recul, il a bien fallu me rendre à l’évidence et ajuster la formation à ces considérations. D’ailleurs, c’est ainsi que les choses se sont passées avec l’enseignant qui a plusieurs années d’expérience avec sa classe en trouble du comportement. 

Je constate aussi que l’expertise pédagogique est certes importante, mais qu’un support constant qui se manifeste par une écoute active et des actions concrètes est encore plus important. Écouter, soutenir, encourager, proposer, questionner sont les mots clé de la formation qu’il faut offrir aux enseignants. Des liens de confiance se tissent et c’est à partir de ce moment-là que les grands changements peuvent se produire.

Les enseignants ont dû faire des ajustements par rapport aux élèves. Le plus important a été d’accepter de ne pas être l’expert en informatique qui dépanne tout le monde, accepter d’être un apprenant au même titre que les élèves.

Il n’est pas nécessaire de maîtriser un logiciel ou une technologie pour que les élèves apprennent à l’utiliser. Les élèves apprennent entre eux et plusieurs ont déjà des connaissances dans divers domaines techniques. Les enseignants ont donc appris à déléguer des responsabilités techniques aux élèves.

À cet égard, je propose l’expérience suivante : prenez un logiciel quelconque et mettez-le entre les mains des élèves en les mettant au défi d’apprendre à l’utiliser. Les résultats vont vous étonner.

Objectif 6
—————————————
Évaluer la pertinence du logiciel oralys pour aider les élèves éprouvant des difficultés langagières.
—————————————
Cette année, nous avons mis à l’essai le communicateur école et nous avons collaboré avec son concepteur « oralys » afin de participer aux améliorations qui sont apportées au logiciel. Nous avons expérimenté le communicateur école lors de différentes situations d’écriture afin de vérifier les effets de son utilisation sur la qualité des phrases écrites par les élèves.

Les élèves ont beaucoup de plaisir à utiliser le « communicateur école » et les modifications apportées (utilisation du clavier simultanément avec les icônes) facilitent l’écriture de phrases (voir pages 2 et 3 dans le document en annexe).
Cependant, cet outil est peu performant pour l’écriture de textes. De nouveaux logiciels sont présentement en développement et nous prévoyons en faire l’expérimentation l’année prochaine.



—————————————————————————
Un dvd contenant des réalisations d’élèves, des entrevues et des situations de classe, est disponible (à compter de septembre 2005) au récit local des hautes-rivières.


Adresse

Il serait intérassant que des extaits de résultats soient disponibles .

En tout temps les personnes responsables de ce projet peuvent nous faire parvenir un exemple (gratuit) du résultat de leur démarche( lien internet ou document) et nous serons heureux d’en faire un lien à partir de cette page.
ldrecitas@csdm.qc.ca
 


 



 retour aux projets de l’An 3