Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 5
La communication par le logiciel Ivisit pour aider les élèves EHDAA à développer leurs compétences : première année d’un projet de 2 ans

Responsable du projet : Brigitte Larivière

École Le Phare Commission scolaire de Portneuf

EHDAA préscolaire et primaire


Description du projet :

Au départ, le projet visait tous les élèves ayant des difficultés d’adaptation. Suite aux besoins ciblés par les enseignantes et l’orthopédagogue, 7 élèves de 2 petites écoles éloignées ont été retenus pour l’expérimentation 06-07, communication en réseau. 

Le but de notre recherche est d’innover dans nos interventions auprès d’élèves EHDAA intégrés dans des classes multiâges en utilisant un nouvel environnement (la vidéoconférence) dans lequel nous expérimentons de nouvelles façons de faire. Avant de commencer, un certain nombre de questions ont été soulevées : Est-ce que les élèves ayant des problèmes de comportement vont être capables de travailler sérieusement lorsqu’ils seront en réseau ? ; vont-ils être capables d’être à l’écoute pendant près d’une heure sans la présence physique d’un adulte, alors qu’ils ont de la difficulté à se concentrer pendant de très courtes périodes ? ; vont-ils être capables d’utiliser seuls les technologies et les différents périphériques ? Après 4 semaines d’expérimentation, nous avons constaté que certains élèves utilisaient les TI de manière autonome, que les activités pouvaient durer 55 minutes, que l’interaction entre les élèves était bénéfique sur l’estime de soi, la motivation scolaire, le goût pour la lecture et la communication orale. L’orthopédagogue qui travaille en classe et en réseau avec ces élèves, a constaté que pour certaines activités, il y avait des avantages à utiliser l’espace virtuel. Nous avons observé que les élèves sont plus responsables face à leur apprentissage (motivation), que les stratégies de lecture (dyslexie-dysphasie) sont plus rapidement consolidées, qu’il y a enrichissement du vocabulaire à l’oral et à l’écrit, et que tous communiquent avec plus d’aisance (dysphasie et problème de langage). Dans les activités en réseau, les élèves lisent après quelques semaines avec plus de fluidité. Les premiers résultats ont été présentés à la session de transfert ÉÉR en avril dernier. Un article est déjà publié dans l’infomètre du Cefrio. Dès septembre 2007, des activités en réseau sont déjà prévues au PI de 2élèves.

Déroulement : En 05-06, toutes les enseignantes de l’école Le Phare (4 enseignantes et 3 suppléantes) ainsi que la technicienne et l’orthopédagogue ont été formées à l’utilisation des TIC selon leurs besoins par l’animateur du RECIT et la CP ÉÉR. Une journée de formation sur l’utilisation du logiciel iVisit et les différents périphériques a été donnée. L’équivalent de 4 à 6 journées d’accompagnement en classe a été offert au personnel de l’école ainsi que 2 journées de planification des situations d’apprentissage. Un local a été aménagé pour l’orthopédagogue ainsi que pour la TES. Tout le matériel informatique (ordinateurs (4 par classe) - écran- projecteurs numériques- webcams- écouteurs- logiciels et licences…) nécessaire au projet a été acheté par l’école. Chaque enseignante a reçu un portable et le matériel nécessaire pour les activités de vidéoconférence. En classe, tous les élèves ont expérimenté la communication orale par iVisit et des situations d’apprentissage ont été réalisées dans le but d’évaluer la progression de cette compétence. Des outils d’observation et de consignation ont été créés. Pour certains élèves EHDAA, des activités particulières ont été développées par la TES. Suite au départ inattendu de l’orthopédagogue, le projet a été reporté à l’année 06-07.
En janvier 2007, conscients des problèmes organisationnels des petites écoles ayant des classes à degré multiples et ayant des élèves EHDAA intégrés, nous avons rencontré les enseignantes afin de connaître leurs besoins suite aux plans d’interventions. Pour ces élèves, nous avons ciblé des problématiques récurrentes depuis plusieurs années. Nous avons décidé de travailler différemment avec ces élèves et d’innover dans nos interventions. 7 élèves ayant des problématiques différentes (difficultés et retards d’apprentissage-démotivation scolaire- dysphasie -dyslexie - déficit d’attention- retard de langage) ont été retenus pour les premiers mois d’expérimentation et ce, dans 2 écoles (Deschambault et Rivière-à-Pierre).

Méthodologie :
Janvier 07 - mai 07
Cueillettes des besoins auprès des enseignants et des professionnels
Questionnement organisationnel et pédagogique
Planification et expérimentation
Fin juin 07
Bilan orthopédagogique et évaluation de la 1e phase du projet

Outils pour la recherche :
Observation ethnologique par vidéoconférence
Journal de bord
Suivi au PI
Bilan des acquis
Rencontres avec les enseignants

Moyens utilisés : Vidéoconférence - livres - situations d’apprentissage

Ressources mises à contribution :
Responsable du RECIT et REAPPO : formation et soutien personalisé tout au long de l’année scolaire.
CP ÉÉR : 4 jours/formation - 8 jours/planification 1.5 journée/semaine d’accompagnement en réseau
Orthopédagogue : 5 à 13 périodes /cycle de janvier à mai 2007 d’intervention en réseau
 




Objectifs visés

L’objectif général : Comment utiliser les TIC particulièrement la vidéoconférence afin de mieux répondre à des problématiques récurrentes ciblées chez les élèves EHDAA intégrés dans des classes à degré multiples dans des petites écoles éloignées.

Pour les élèves :
Développer leur compétence à communiquer oralement - socialiser - susciter la motivation - développer leur compétence à utiliser les TIC et plus particulièrement la vidéoconférence - développer des méthodes de travail - s’approprier des stratégies de lecture - donner le goût de lire à nos garçons - s’engager dans les activités d’apprentissage.

Pour la technicienne en adaptation scolaire :
Initiation aux TIC (courriel - recherche dans Internet - Word - nouveaux moyens de communication avec les parents et suivi (courriel) - projets particuliers avec certains groupes d’élèves par l’utilisation des TIC - accompagnement d’élèves qui utilisent un portable en classe…

Pour l’orthopédagogue : utilisation de la vidéoconférence et des fenêtres de discussion pour des activités de communication orale - de lecture et d’écriture (développement des stratégies).

Pour les enseignants : utiliser la vidéoconférence comme outil aidant à la progression de la compétence : communiquer oralement.

Les intentions de départ :
La formation et l’accompagnement du personnel, l’achat de matériel informatique de qualité, l’organisation matériel, l’identification des besoins des enseignants et le support souhaité, cibler les élèves pour le projet, la gestion des horaires, la création d’activités pédagogiques en lien avec les activités vécues en classe, la faisabilité de l’orthopédagogie en réseau, l’expérimentation, l’évaluation de la qualité des interventions réalisées en vidéoconférence, les limites de l’outil.

Pour l’année 07-08

Poursuivre les activités d’intervention en orthopédagogie avec de nouveaux élèves.
Consolider les activités d’apprentissage en réseau pour les élèves EHDAA déjà amorcées en 06-07.
Créer de nouvelles situations d’apprentissage en lien avec le programme de formation.
Valider les outils d’observation et de consignation.
Création d’un site web pour la publication des activités réalisées en réseau. 


Déroulement

Déroulement : En 05-06, toutes les enseignantes de l’école Le Phare (4 enseignantes et 3 suppléantes) ainsi que la technicienne et l’orthopédagogue ont été formées à l’utilisation des TIC selon leurs besoins par l’animateur du RECIT et la CP ÉÉR. Une journée de formation sur l’utilisation du logiciel iVisit et les différents périphériques a été donnée. L’équivalent de 4 à 6 journées d’accompagnement en classe a été offert au personnel de l’école ainsi que 2 journées de planification des situations d’apprentissage. Un local a été aménagé pour l’orthopédagogue ainsi que pour la TES. Tout le matériel informatique (ordinateurs (4 par classe) - écran- projecteurs numériques- webcams- écouteurs- logiciels et licences…) nécessaire au projet a été acheté par l’école. Chaque enseignante a reçu un portable et le matériel nécessaire pour les activités de vidéoconférence. En classe, tous les élèves ont expérimenté la communication orale par iVisit et des situations d’apprentissage ont été réalisées dans le but d’évaluer la progression de cette compétence. Des outils d’observation et de consignation ont été créés. Pour certains élèves EHDAA, des activités particulières ont été développées par la TES. Suite au départ inattendu de l’orthopédagogue, le projet a été reporté à l’année 06-07.
En janvier 2007, conscients des problèmes organisationnels des petites écoles ayant des classes à degré multiples et ayant des élèves EHDAA intégrés, nous avons rencontré les enseignantes afin de connaître leurs besoins suite aux plans d’interventions. Pour ces élèves, nous avons ciblé des problématiques récurrentes depuis plusieurs années. Nous avons décidé de travailler différemment avec ces élèves et d’innover dans nos interventions. 7 élèves ayant des problématiques différentes (difficultés et retards d’apprentissage-démotivation scolaire- dysphasie -dyslexie - déficit d’attention- retard de langage) ont été retenus pour les premiers mois d’expérimentation et ce, dans 2 écoles (Deschambault et Rivière-à-Pierre).

Méthodologie :
Janvier 07 - mai 07
Cueillettes des besoins auprès des enseignants et des professionnels
Questionnement organisationnel et pédagogique
Planification et expérimentation
Fin juin 07
Bilan orthopédagogique et évaluation de la 1e phase du projet

Outils pour la recherche :
Observation ethnologique par vidéoconférence
Journal de bord
Suivi au PI
Bilan des acquis
Rencontres avec les enseignants

Moyens utilisés : Vidéoconférence - livres - situations d’apprentissage
Ressources mises à contribution :
CP ÉÉR : 8 jours/formation - 8 jours/planification 1.5 journée/semaine d’accompagnement en réseau
Orthopédagogue : 5 à 13 périodes /cycle de janvier à mai 2007 d’intervention en réseau
 


Ce qui a facilité la réalisation du projet :

Dans la première année du projet, la mobilité du personnel a été un élément de difficulté important : 60 % du personnel a été remplacé durant les 4 premiers mois de l’année scolaire et notre orthopédagogue nous a quitté en décembre 05. Malgré tout, le personnel de l’école Le Phare a reçu une formation sur l’utilisation de la vidéoconférence et quelques activités de communication orale ont été vécues en classe ( préscolaire,1e,2e et 3e cycle). L’achat de portable pour tous les enseignants et le renouvellement des ordinateurs pour toutes les classes a favorisé l’utilisation régulière des TIC pour tous. Ils sont devenus des outils quotidiens d’apprentissagge pour les élèves particulièrement au 3e cycle. L’aménagement d’un local bien équipé en matériel informatique pour l’orthopédagogue et la TES a favorisé le développement de la compétence TIC pour le personnel qui accompagne les élèves EHDAA. Les formations et l’accompagnement de l’animateur du RECIT et de la CP ÉÉR ont permis au personnel de l’école d’utiliser plusieurs logiciels et différents périphériques. De plus, dans cette école, une REAPPO dépanne les enseignantes moins expérimentées. 

En janvier 2007, une nouvelle orthopédagogue a accepté d’expérimenter l’orthopédagogie en réseau à raison de quelques périodes par cycle de 9 jours. Donc, elle a commencé sa carrière à la fois comme orthopédagogue en classe et en réseau. Ceci nous a permis d’observer les différences entre le travail en réel et en virtuel et ade voir les avantages et les limites de l’outil pour certains types d’intervention. De plus, comme elle travaille dans plusieurs écoles, nous avons jumelé quelques uns de ses élèves de Deschambault à ceux de Rivière-à-Pierre. (Il est à mentionner que les élèves de Rivière-à-Pierre travaillent en réseau depuis cinq ans. Donc, ils ont développé des compétences à utiliser cette technologie. C’est un élément qui a grandement facilité l’expérimentation). L’ouverture à l’innovation pédagogique démontrée par les intervenants, les compétences technologiques développées par le personnel, la souplesse dans les horaires, la disponibilité et l’implication des enseignants sont tous des éléments qui ont facilité la mise en place de cette transformation de la pratique d’orthopédagogie et du soutien pour les élèves EHDAA. Pour l’orthopédagogue, être accompagné virtuellement par une CP ÉÉR, lui a apporté de la sécurité, des occasions pour échanger sur de nouvelles façons de faire et peu à peu, de s’approprier le nouveau programme de formation.



Recommandations

Suite à cette expérimentation, je donnerais 4 recommandations :

1. Avoir des outils informatiques de qualité ( son et image) et qui est mobile (se déplace facilement) selon les besoins des élèves et de l’orthopédagogue (portables).

2. De la formation et de l’accompagnement au début du projet pour faciliter l’utilisation des différents périphériques.

3. De la concertation entre les enseignants et l’orthopédagogue.

4. Privilégier des apprentissages en lecture - conscience phonologique - et en communication orale.



Résultats obtenus

Ce que nous pouvons vous transmettre ;

`Pour plusieurs élèves, les apprentissages (en lecture- communication orale- conscience phonologique) ) ont été plus significatifs en réseau ( dans iVisit) qu’au local d’ortho en petit groupe.

Que les élèves présentant des difficultés comportementales et sociales font des apprentissages plus significatifs en réseau et qu’ils sont plus respectueux avec les autres élèves sur le réseau.
le temps de concentration est d’environ 55 minutes chez les élèves observés ( du 1e au 3e cycle).

Que les élèves sont respectueux du matériel ( portable - écouteur - micro).

Pour une orthopédagogue qui débute, il est plus facile de travailler avec les élèves EHDAA qui ont des enseignants qui utilisent et intègrent en classe les TIC.

Que l’utilisation de la vidéoconférence comme outil de travail pour l’orthopédagogue est une moyen complémentaire pour offrir des services en région mais qu’il faut aussi des activités en présence réelle avec les élèves.

Dans cette étude de cas, une école n’aurait pas eu de service en orthopédagogie pour un élève sans cette technologie.







retour aux projets de l’an 5