Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 8Bilans de la première année
Conditions facilitantes pour l’utilisation par les élèves de la fonction de prédiction de mots en écriture au primaire.

Bilan de la première année d’expérimentation

Responsables du projet en milieu scolaire : Patrick Simard et Josée Labossière

Nom de l’école principale : Plusieurs écoles primaires de la CSDM

 

Résumé du projet :

Le but de ce projet est de dégager des modèles pour l’utilisation d’un logiciel d’aide à la rédaction avec des élèves avec trouble ou difficulté grave d’apprentissage au primaire dans 4 différentes situations d’apprentissage et d’évaluation. La fonction de prédiction de mots est principalement étudiée. Chaque école participante est associée à un des 4 volets : Vol. 1 : utilisation de la prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe à effectif réduit. Vol. 2 : prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe régulière. Vol. 3 : prédiction de mots en contexte d’évaluation. Vol 4 : prédiction de mots en contexte d’apprentissage en combinaison avec un logiciel de correction orthographique. (Un autre projet de même format est vécu au secondaire).

 

Compte-rendu de la première année

D’abord, chaque équipe de chaque volet au primaire a participé à une formation le 21 octobre sur l’utilisation des logiciels d’aide à la rédaction et à la correction avec Madeleine Fauteux.

 

Deux grilles d’observation ont été remises à chaque équipe. Une grille "installation " en lien avec tous les aspects techniques et matériels et une grille "pédagogique" en lien avec la démarche pédagogique.

 

Nous avons ensuite fourni un certains nombre de logiciels Word Q à chacune des équipes (de 1 à 3 selon le nombre de titulaire impliqué par école) . Ensuite, chaque équipe a expérimenté avec la fonction prédiction de mots du logiciel Word Q avec ses élèves dans un contexte particulier : initiation en classe (avec un projecteur) ou individuellement, utilisation dans un contexte d’apprentissage ou dans un contexte d’évaluation, en classes spéciales ou en classes régulières, en combinaison ou non avec un logiciel d’aide à la correction (logiciel Antidote). Nous avons pu payer 2 jours de suppléance à chaque titulaire afin de permettre de travailler avec des collègues sur ces aspects.

 

Nous avons une communauté sur le Portail de la CSDM via laquelle nous partageons de l’information. L’équipe du Récit CSDM offre du support. Un blogue est aussi intégré à la communauté afin que les participants puissent partager leurs questions et réflexions.

 

En mai, toutes les équipes d’un même volet se sont rencontrées (une demi-journée) pour partager leurs observations.

 

En 2010-2011, nous recommencerons la même démarche en poussant plus loin les réflexions.

 

 

Résultats préliminaires

Déjà nous constatons d’une part que l’implantation des aides technologiques demande beaucoup d’organisation et de concertation. (Certaines équipes ont eu plus de difficultés que d’autres à trouver des moyens efficaces). Aussi l’installation technique sur place dans certaines écoles ne permet pas toujours facilement d’utiliser certaines aides. (Certaines écoles ont dû attendre des mois afin que les logiciels soient fonctionnels sur les ordinateurs en place dans leur école car les systèmes en place n’étaient pas compatibles avec l’utilisation du logiciel de façon efficace).

Les conditions facilitantes

Aspect matériel : En classe spéciale : un minimum d’un ordinateur pour deux élèves, ayant le logiciel de prédiction de mots, est indiqué. L’utilisation d’écouteurs est essentielle. Le pairage de deux élèves est un facilitateur. Un laboratoire ambulant (chariot spécial équipé d’ordinateurs et de prises) est aussi une avenue intéressante. L’utilisation d’un projecteur est utile. Certaines classes complètent avec un tableau interactif. Il est aidant que chaque élève ait sa propre clé usb. En classe ordinaire, il est facilitant qu’un espace soit réservé au rangement des ordinateurs portables en classe ou dans le local de l’orthopédagogue, de l’orthophoniste ou au secrétariat.

Aspect humain : Le titulaire doit pouvoir travailler en collaboration avec une autre personne (orthopédagogue ou orthophoniste ou conseiller pédagogique) pour le choix des mesures et la mise en place. Un support technique rapide de la part d’un technicien en informatique est aussi essentiel. Le technicien en informatique doit avoir une connaissance sur l’environnement requis pour un logiciel de prédiction de mots : il doit s’assurer que les branchements sont faciles, que les ordinateurs sont en lien avec une imprimante. Il doit savoir comment installer le logiciel Word Q et savoir répondre à certains messages d’erreurs.

L’accès rapide à du support technique est nécessaire car plusieurs bogues peuvent survenir.

 

 

 

Les préalables que l’élève doit maîtriser avant l’utilisation du logiciel de prédiction de mots : connaître l’environnement informatique : savoir ouvrir l’ordinateur, ouvrir un fichier, sauvegarder un fichier, sauvegarder sur une clé usb, savoir imprimer, savoir comment réagir à certains messages d’erreur. Bien connaître où sont placés les lettres et les chiffres sur le clavier. Connaître comment faire une lettre majuscule. Connaître l’emplacement du é. Connaître l’emplacement des accents, de l’apostrophe et des marques de ponctuation. L’utilisation d’un doigté n’est pas obligatoire mais est aidante. Une bonne conscience phonémique est nécessaire et un répertoire de différentes graphies pour écrire certains phonèmes est aussi essentiel pour bien utiliser la fonction de prédiction de mots.

 

Le matériel complémentaire utilisé afin de faciliter la rédaction avec la prédiction de mots : Pour mieux connaître les correspondances graphophonémiques : Raconte-moi les sons. Pour mieux trouver les graphies par lesquelles les mots commencent : dictionnaire Eureka ou avoir un tableau représentant les différentes représentations graphiques de phonèmes. Pour supporter la structure du texte : un schéma de récit. Pour aider à mieux se corriger : une grille d’autocorrection. Pour mieux planifier le travail en équipe ou individuel : le modèle d’organisation de classe proposé dans Les cinq au quotidien. Pour bien savoir où sont les lettres sur le clavier : logiciel gratuit Tux type, logiciel Tap’Touche ou activités-maison de reconnaissance du lieu des lettres (exercices d’écriture à partir de mots dont les lettres sont sur la même ligne, clavier avec lettres en velcro, gants avec doigts de couleurs différentes, jeux de vitesse etc). Au primaire, le logiciel Antidote s’avère complexe. L’utilisation du correcteur de Word est utile. La fonction de rétroaction de Word Q et la surbrillance sont aidantes.

IMPORTANCE DE LA DÉMARCHE PÉDAGOGIQUE : La démarche pédagogique utilisée en classe est tout autant importante, voire même plus importante que l’utilisation de l’aide à l’écriture comme telle, pour que l’élève soit mobilisé dans une tâche, particulièrement au primaire. La mise en contexte par l’enseignant, l’exploration du texte en groupe, les explications sur le vocabulaire et le sens de chaque paragraphe et la planification en groupe d’un projet d’écriture s’avèrent essentielles même si l’élève pourra par la suite utiliser son aide à l’écriture. Il faut aussi amener l’élève à se poser des questions. Un élève du primaire qui est placé dès le début d’une situation d’écriture devant son ordinateur et son aide à l’écriture, même s’il en connaît bien le fonctionnement, arrive rarement à mobiliser l’attention et la motivation nécessaires pour s’engager dans un projet d’écriture de façon efficace. La planification en groupe de la démarche est essentielle. Par contre si cette étape est faite, l’utilisation de la fonction de prédiction de mots de l’aide à l’écriture devient un important motivateur et facilitateur car elle permet de diminuer la surcharge cognitive chez l’élève et lui permet de se concentrer davantage sur les idées qu’il veut transmettre à l’intérieur de son texte. Elle permet à l’élève aussi de se relire et de s’engager dans un processus d’autocorrection efficace.

Nous avons fait plusieurs autres constations dont il n’est pas possible de parler ici faute d’espace.