Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 8Bilans de la première année
Conditions facilitantes pour l’utilisation par les élèves de la fonction de prédiction de mots en écriture au secondaire.

Bilan de la première année d’expérimentation

 

Responsables du projet en milieu scolaire : Patrick Simard et Josée Labossière

Clientèle visée et ordre d’enseignement  : Élèves en difficultés graves d’apprentissage en classe à effectif réduit et en classe ordinaire au primaire.

Nom de l’école principale : Plusieurs écoles secondaires de la CSDM

 

Résumé du projet :

Le but de ce projet est de dégager des modèles pour l’utilisation d’un logiciel d’aide à la rédaction avec des élèves avec trouble ou difficulté grave d’apprentissage au primaire dans 4 différentes situations d’apprentissage et d’évaluation. La fonction de prédiction de mots est principalement étudiée. Chaque école participante est associée à un des 4 volets : Vol. 1 : utilisation de la prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe à effectif réduit. Vol. 2 : prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe régulière. Vol. 3 : prédiction de mots en contexte d’évaluation. Vol 4 : prédiction de mots en contexte d’apprentissage en combinaison avec un logiciel de correction orthographique. (Un autre projet de même format est vécu au primaire).


Compte-rendu de la première année

 

D’abord, chaque équipe de chaque volet au secondaire a participé à une formation le 25 novembre 2009 sur l’utilisation des logiciels d’aide à la rédaction et à la correction avec Madeleine Fauteux.

 

Deux grilles d’observation ont été remises à chaque équipe. Une grille "installation " en lien avec tous les aspects techniques et matériels et une grille "pédagogique" en lien avec la démarche pédagogique.

 

Nous avons ensuite fourni un certains nombre de logiciels Word Q à chacune des équipes (de 1 à 3 selon le nombre de titulaire impliqué par école). Ensuite, chaque équipe a expérimenté avec la fonction prédiction de mots du logiciel Word Q avec ses élèves dans un contexte particulier : initiation en classe (avec un projecteur) ou individuellement, utilisation dans un contexte d’apprentissage ou dans un contexte d’évaluation, en classes spéciales ou en classes régulières, en combinaison ou non avec un logiciel d’aide à la correction (logiciel Antidote). Nous avons pu payer 2 jours de suppléance à chaque titulaire afin de permettre de travailler avec des collègues sur ces aspects.

 

Nous avons une communauté sur le Portail de la CSDM via laquelle nous partageons de l’information. L’équipe du Récit CSDM offre du support. Un blogue est aussi intégré à la communauté afin que les participants puissent partager leurs questions et réflexions.

 

En mai, toutes les équipes d’un même volet se sont rencontrées (une journée) pour partager leurs observations.

 

En 2010-2011, nous recommencerons la même démarche en poussant plus loin les réflexions.

 

Résultats préliminaires

Déjà nous constatons d’une part que l’implantation des aides technologiques demande beaucoup d’organisation et de concertation.

L’installation a été moins laborieuse qu’au primaire car des techniciens sont plus souvent sur place et que les ordinateurs PC y sont plus nombreux.


Les conditions facilitantes :

- Support de la direction

- Temps de libération

- Formation aux enseignants : sur l’équité et les troubles du langage écrit

- Avoir une personne qui puisse analyser les besoins et proposer des mesures d’adaptation

- Avoir une personne qui puisse former les enseignants des classes spéciales à intégrer les aides dans leur pédagogie

- Avoir une équipe autour du porteur de dossier

- Avoir du support technique pour l’achat, la configuration, l’installation, le branchement, l’accès à l’impression

-Avoir un mode de rangement et de prêt de matériel

- Avoir un accès facile à la numérisation et idéalement, une personne responsable de numériser les documents

 

L’élève doit :

-connaître le clavier, porter attention à la boîte de prédiction de mots, savoir enregistrer, savoir enregistrer sur une clé usb, aller chercher un fichier, utiliser une souris, connaître le traitement de texte de base, pouvoir imprimer, changer de caractère.

L’élève doit :

-être motivé

-accepter sa difficulté

-être conscient de la valeur ajoutée de l’aide technologique

-développer son autonomie : savoir quand se servir de l’aide technologique, savoir où la ranger, où imprimer, où et quoi numériser, où aller chercher de l’aide, quoi faire pour se dépanner, pouvoir expliquer sa difficulté et connaître les adaptations qui lui sont nécessaires

-être en contact avec d’autres élèves de l’école utilisant des aides similaires

L’élève doit aussi :

-bien maîtriser les correspondances graphophonémiques

-connaître comment utiliser la prédiction de mots et la rétroaction vocale,

-connaître comment utiliser le correcteur Antidote, du moins certaines fonctions

-pouvoir participer à des ateliers pour développer au besoin des habiletés précises : pouvoir en situation d’écriture organiser ses idées, connaître l’intention d’écriture, faire un plan utiliser un organisateur graphique, se créer des banques de mots, connaître les possibilités d’utilisation des aides technologiques dans les autres matières que le français : anglais, mathématique, sciences, univers social…

 

(Nous n’avons plus d’espace pour vous décrire nos constatations de cette année)