Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 8Bilans de la première année
MathémaTIC : développer les compétences disciplinaires en mathématique par l’utilisation des TIC.

Bilan de la première année d’expérimentation

Responsables du projet en milieu scolaire :  Martin Boudreault et Isabelle Bhérer

Clientèle visée et ordre d’enseignement : EHDAA, primaire (6e année, niveau 4e année)

Nom de l’école principale : École du Perce-Neige, Pont-Rouge,

Commission scolaire de Portneuf

 

Résumé du projet :

L’objectif du projet est d’amener des EHDAA à développer les mêmes compétences mathématiques que les autres élèves afin de leur faire survoler l’ensemble du programme de formation en mathématique. En effet, ce sont souvent les concepts qui sont travaillés en priorité avec les élèves en difficulté plutôt que les compétences disciplinaires. Dans ce projet, l’utilisation de l’informatique deviendra un moteur à l’apprentissage des concepts et processus mathématiques plus élaborés et surtout, au développement réel des compétences à résoudre des situations-problèmes, raisonner et communiquer à l’aide du langage mathématique. Étant donné que nos élèves ont un langage mathématique peu développé, nous nous efforcerons d’enrichir celui-ci tout en développant une rigueur dans la démarche.

Les élèves HDAA ont vécu tellement d’échecs que leur confiance en eux est ébranlée. Le fait de voir qu’ils ne font pas les mêmes apprentissages que les autres élèves n’aide pas à renforcer ce sentiment. Ils ont développé une insécurité en mathématique.

Nos élèves HDAA ont besoin de faire des apprentissages signifiants. Pour ce faire, la manipulation est une stratégie que l’on doit privilégier en mathématique. L’informatique et le tableau blanc interactif permettront d’apporter le côté concret et permettront aussi un support très visuel et attrayant.

Les élèves feront la majeure partie de leurs apprentissages en mathématique via l’ordinateur. Pour réaliser ce projet, il est impératif que tous les élèves aient leur portable. Des logiciels de géométrie dynamique seront au centre de l’apprentissage en géométrie. Les statistiques seront travaillées avec des tableurs. Plusieurs exercices sur les fractions et les tables de multiplication (par exemple) seront faits en ligne. Les situations de compétence mathématique seront aussi faites à partir de l’ordinateur.

Finalement, il est à noter que les élèves qui participent à ce projet se retrouveront rapidement en stage en milieu de travail. Il est évident que le développement de l’autonomie face à l’informatique sera un atout pour eux en milieu de stage.

 

Compte-rendu de la première année

L’enseignante et le conseiller pédagogique se sont rencontrés 3 journées pour planifier avant le début des interventions en classe. Par la suite, une fois par mois à raison d’une journée. Voici les principales étapes de planification.

1)Réorganisation et planification dans le temps des concepts et processus mathématiques du PFÉQ

2)Planification globale des compétences disciplinaires selon l’organisation faite en #1

-tempête d’idées

-recherche et adaptation de tâches de la compétence à résoudre une situation-problème

-pairage des logiciels avec les tâches

3)Formation de l’enseignante en informatique

-ActivInspire, en priorité pour pouvoir utiliser le tableau blanc intéractif et exploiter le potentiel du logiciel

-dépôt de fichier par ftp (protocole de transfert de fichier), pour que les élèves puissent y avoir accès rapidement

-logiciels listés (au fur et à mesure)

4)Formation de l’enseignante avec les outils d’évaluation des compétences (grilles descriptives)

 

Premier contact des élèves avec le mini-portable

-Avant tout, il faut mentionner que les élèves étaient très fébriles et heureux d’avoir un mini-portable chacun.

-Constatation du faible niveau de compétence des élèves en informatique. L’enseignante et moi pensions qu’ils seraient un peu plus autonomes en fonction de la gestion des dossiers et de l’enregistrement, de l’organisation et du vocabulaire informatique. Il y avait aussi un effet de panique lorsqu’il y avait un message inconnu qui s’affichait à l’écran.

-Nous avons donc dû faire patienter les apprentissages mathématiques pour s’assurer que les élèves maitrisent les bases et développent une structure de travail : dossier et fichier, enregistrement sur clé usb, utiliser un fureteur et naviguer sur internet pour aller chercher les fichiers de l’enseignante.

 

Utilisation du logiciel ActivInspire

-Pour pratiquer les aptitudes de base en informatique, nous avons débuté avec l’environnement Windows, la création de dossiers et l’enregistrement sur la clé usb. Comme premier logiciel, nous avons utilisé ActivInspire. Il s’agit du logiciel qui remplace la première version du logiciel pour les tableaux Activboard (Activstudio).

-Nous avons été impressionnés de ce que l’on a pu faire faire aux élèves comme manipulations. C’était motivant pour eux, car ils pouvaient par la suite venir au tableau intéractif pour montrer ce qu’ils avaient fait et d’utiliser le crayon intéractif.

-Nous avons donc décidé d’utiliser ActivInspire pour les premières tâches des compétences mathématiques.

 

Utilisation d’un logiciel ftp et une adresse web

-Les mini-portables n’étant pas connectés au réseau de l’école, nous utilisons un logiciel ftp pour partager des fichiers aux élèves (en temps réel). Le portail Édu-groupe aurait aussi pu être utilisé, mais le ftp est beaucoup plus rapide.

-Les fichiers des activités .flipchart (ActivInspire) ou autres peuvent donc être récupérés par les élèves. C’est très facilitant pour l’enseignante.

Activités bâties selon les concepts et processus mathématiques et les logiciels utilisés

Nous avons monté un tableau de planification qui contient les activités selon les concepts et processus mathématiques et les logiciels utilisés..

 

 

Résultats préliminaires

 

1.Un plus grand nombre de concepts et processus ont être travaillés.

À la base, le programme prévu était celui de 4e année du primaire. Nous avons réussi à aller plus loin et faire travailler des concepts et processus de la 5e année.

Multiplication deux chiffres, aire, nombres décimaux (opérations jusqu’à la division), vocabulaire en géométrie et les fractions équivalentes.

Les élèves ont fait plus de liens entre les concepts. Un élève a d’ailleurs remarqué que le fait de ne pas savoir ses multiples était un boulet pour lui. Il a donc appris ses multiples.

 

2.Le développement des compétences disciplinaires mathématiques a été plus élaboré.

L’ordinateur a permis de motiver les élèves à faire plus de tâches. La diversité, la manipulation et le côté concret des différents logiciels a vraiment été profitable. Toutefois, il faut être conscient qu’il est un peu plus difficile de garder des traces avec des tâches faites à l’ordinateur. Il faut être discipliné, imprimer certains travaux et classer les différents fichiers. En conclusion, il faut quand même avoir un peu de papier.

 

3.Il est évident qu’à la fin de cette année, l’élève aura fait trois fois plus de tâches de compétence en

mathématique. C’est une fierté pour eux de venir au local, d’avoir une clé usb et leur portable. Ils ont la tête à travailler. « On hâte de faire des mathématiques. »

 

4.L’élève a un niveau de compétence en informatique supérieur à la moyenne des élèves. Par exemple, les

élèves HDAA ont montré aux autres élèves de leur classe régulière où aller chercher les documents de leur clé usb. Aussi, les élèves de 6e (niveau 4e) ont aidé les plus petits à utiliser les mini-portables.

 

5.Les stratégies d’organisation ont été travaillées et assurément améliorées.

On a observé une augmentation de la rigueur dans les traces des élèves. Ils s’appliquent plus.

Il y a une structure dans tout cela. L’enseignante est aussi en mesure de voir les limites réelles des élèves et ce, en temps réel. Ce que l’on ne peut pas toujours observer sur papier. Certains élèves se sont démarqués, trouvés une passion pour l’informatique et ont pris beaucoup de maturité dans l’utilisation de l’informatique. L’enseignante sera en mesure de faire un meilleur classement des élèves pour la poursuite de leur cheminement scolaire au secondaire.