Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An 8Bilans de la première année
Réussir, c’est fantastIC

Bilan de la première année d’expérimentation

Responsable du projet en milieu scolaire : Yves Boucher

Clientèle visée et ordre d’enseignement  : Élèves Ayant Des Troubles Graves D’apprentissage Au Primaire

Nom de l’école principale : Notre-Dame-de-Lourdes, St-Jean ,Commission scolaire des Hautes-Rivières


Résumé du projet :

Le projet veut mettre l’emphase sur l’apprentissage des stratégies de lecture et d’écriture en tant que condition
de réussite des autres disciplines. Grâce aux technologies, nous souhaitons augmenter le facteur de
motivation ainsi que les possibilités de transfert de ces stratégies chez des élèves DGA intégrées en classe
régulière.
 
 
Description et historique du projet :
 
L’école NDL a eu une année de préparation en 2008-2009 pour faire des tentatives d’intégration en classe
régulière avec des élèves provenant de la classe d’adaptation scolaire de type DGA. 
 
Comme l’expérience s’est avérée positive pour plusieurs de ces élèves , l’école NDL a étudié plusieurs modèles
d’intégration d’élèves DGA déjà existants au Québec. La direction a ainsi rédigé un projet et l’a présenté à la
commission scolaire des Hautes-Rivières. Grosso modo, le projet consiste en l’intégration de 16 élèves DGA
dans des classes régulières de 4e, 5e et 6e années. Parallèment à la mise en place de ce projet, une demande
d’allocation de la mesure 30054 a été faite par l’école NDL au MELS afin de favoriser le développement de
l’utilisation des outils d’aide technologique dans le cadre du projet « Réussir c’est fantasTIC ».
 
Des investissements importants ont été faits par l’école NDL St-Jean pour faire l’achat, notamment, d’un
ordinateur portable par enseignant et 3 canons. 30 ordinateurs portables et un charriot de recharge ont aussi
été achetés pour créer un laboratoire mobile.
 
 
L’enseignante ressource qui était rattaché auparavant à la classe fermée de cette classe et un service en
orthopédagogie à 50 % a été mis en place cette année pour permettre aux élèves en troubles graves
d’apprentissage de vivre une intégration totale ou partielle dans un groupe régulier. 
 
 
Une collaboration étroite entre les titulaires, l’orthopédagogue et l’enseignante ressource a permis à ces élèves
de progresser à leur rythme. Il y a eu une différenciation importante en apportant des adaptations et des
modifications aux tâches scolaires pédagogiques tout au long de l’année afin de respecter le rythme de chacun
et ce, en mettant l’emphase sur l’utilisation des aides technologiques 
 
Un plan d’intervention détaillé a été mis en place avec les parents et les différents intervenants afin de bien
identifier les forces et les besoins de chaque élève. Les adaptations et modifications y ont été inscrites très
spécifiquement.

 

Compte-rendu de la première année

Voici les éléments que nous avions ciblés ainsi que ce que nous avons fait à ce jour. Pour chacun des outils, le
personnel et les élèves ont eu de la formation et ils ont vécu des activités d’appropriation.
 
Organisateur graphique : Lorsque l’élève a à faire une production écrite, il peut clarifier sa ligne directrice à l’aide
de carte heuristique. Nous avons de plus montré à l’élève à se servir de l’organisateur graphique pour
synthétiser leur lecture. 
Dictionnaire et correcteur : Habituer l’élève à chercher les mots qu’il ne connaît pas et à remplacer les mots qu’il
utilise plus souvent par d’autres pour enrichir ses productions. 
Synthèse vocale : l’élève écoute ses propres productions afin d’aider à la révision et à la correction de celles-ci. 
L’élève peut aussi utiliser la synthèse vocale pour écouter des textes (pour des fins de recherche ou autre) afin
d’aider l’acquisition et la rétention de connaissance. Bien que la fonction de synthèse vocale fut très utilisée,
nous avons observé que la fonction de prédiction de mot était encore plus utile.
Portfolio numérique : Nous aurions voulu qu’avant, pendant et après une production, l’élève réfléchisse sur les
éléments d’apprentissage qu’il a fait. Cet élément a été introduit durant la première année du projet, mais nous
souhaitons y mettre plus d’importance lors de la deuxième année. Nous constatons qu’il est plus difficile
d’intégrer la pratique réflexive en classe, que d’utiliser des outils technologiques. 
 
À part l’utilisation du portfolio numérique réflexif, l’ensemble des actions prévues à notre échéancier a été
réalisé. 

Résultats préliminaires

Voici les objectifs du projet et des commentaires concernant les indicateurs que nous souhaitions
observer. 
 
1. Les enseignants, ainsi que les autres intervenants, sont en mesure d’utiliser certains outils
technologiques dans leur enseignement et dans l’accompagnement de leurs élèves. Une évaluation,
avant le projet, nous a permis de juger du niveau d’aisance des enseignants ainsi que des autres
intervenants en matière d’usage des technologies pour l’enseignement et l’accompagnement. Cette
évaluation préliminaire nous permet d’affirmer que les enseignants et les intervenants sont aptes et
désireux d’utiliser les TIC comme aide à l’enseignement et l’apprentissage.

2. Les élèves sont en mesure d’utiliser certains outils technologiques pour favoriser leur apprentissage. 
Nous voulions observer une hausse des résultats pour les élèves ciblés en français et en mathématique. 
Bien que dans certains cas, il y a eu une augmentation significative des résultats, l’observation la plus importante concerne la motivation des élèves et le rehaussement de l’estime de soi marqué pour une
bonne partie des élèves ciblés.

3. Les élèves seront en mesure de transférer les stratégies apprises en lecture et en écriture dans les autres disciplines. En cette année d’appropriation des outils technologiques, nous n’avons pas eu l’opportunité de transférer dans les autres disciplines.

4. Les élèves seront en mesure de faire de l’introspection et ainsi mieux connaître leurs forces et leurs limites. N’ayant pas encore utilisé le portfolio numérique durant la première année du projet, nous n’avons pas encore amené les élèves à réfléchir sur son développement et ses apprentissages.

5. Les élèves seront mieux outillés pour le passage du primaire au secondaire. Nous insistons l’élève à utiliser des méthodes de travail efficaces afin de faciliter son passage au secondaire. Ayant seulement
un élève qui passera au secondaire en 2010-2011, nous serons plus en mesure de constater si cet élève est prêt pour le secondaire.