Accueil du site* Aide à l’écriture
article Jean wordq

WordQ est un logiciel d’aide qui est généralement utilisé avec des élèves qui éprouvent des difficultés marquées de lecture et d’écriture. C’est une aide à la rédaction.

Il contient 3 fonctions d’aide :

A) la synthèse vocale qui fournit une rétroaction vocale du mot qui est lu ou relu
B) le suivi dynamique du mot lu qui affiche une surbrillance sur chacun des mots qui est lu par la synthèse vocale
C) Une prédiction de mots ou un logiciel d’orthographe anticipée qui assiste l’élève dans l’écriture de son mot en lui proposant une liste des mots signifiants qui tient compte du sens de sa phrase.

L’outil sera donc nécessaire aux élèves qui vivent une situation de besoin (incapacité ou difficulté marquée) sur le plan de la lecture ou de l’écriture. Il sera utile à des élèves qui, bien qu’ils réussissent, pourraient bonifier de l’aide de l’outil.

Toutefois, il sera inintéressant pour les bons lecteurs ou les bons scripteurs. L’outil va les ralentir.

Compte tenu de ce que je viens d’écrire, je ne vois pas de contre-indication à l’utiliser avec l’ensemble des élèves de la classe, car chacun pourra découvrir (et l’enseignante aussi) si l’outil lui convient (pourvu que l’utilisation de l’outil soit bien enseignée).

Dépendamment de l’intention pédagogique et si l’outil est bien enseigné et utilisé avec une perspective métacognitive, il pourrait être intéressant de l’expérimenter auprès de jeunes élèves du premier cycle comme un moyen d’apprentissage en complément avec l’intervention du prof. En phase d’apprentissage de l’orthographe, la synthèse vocale peut aider un élève à mieux maîtriser la prononciation d’un mot ou l’aider à bien orthographier un mot. Les études démontrent que si un élève écrit correctement un mot dès sa première tentative, il a plus de chance de retenir cette bonne orthographe que s’il réussissait après 2-3 mauvaises tentatives. L"orthographe anticipée permet de réduire l’exposition du risque à l’erreur. Donc, ça pourrait être une piste intéressante à explorer pour des débutants en privilégiant d’abord et principalement l’intervention humaine. Mais de temps en temps, on pourrait offrir aux élèves la possibilité d’utiliser l’outil pour ceux que ça intéresse. L’outil pourrait déjà s’avérer utile pour certains apprenants qui « cachent » un profil d’élève en difficulté ou même pour donner un coup de pouce à ceux qui n’ont pas de difficulté. La synthèse vocale (en lecture) et la prédiction de mots (en écriture) fournissent chacune une double entrée :
A) la lecture par l’élève assistée par la lecture de la synthèse vocale. En situation de lecture il pourra comparer sa lecture (d’une lettre, d’un mot ou d’une phrase) avec celle de la synthèse vocale.
B) En écriture, il pourra être supporté (confirmé ou corrigé) par la prédiction de mots pour chacun des mots qu’il écrira.

Donc, l’outil pourra s’avérer "Intéressant » pour certains élèves, « Utile » pour d’autres et ultimement « Indispensable » pour des élèves en difficulté.

L’idée, comme mentionnée, ce n’est pas d’en faire une généralité. Toutefois, WordQ comme tout outil TIC, dépendamment de ce qu’on en fait et de notre intention pédagogique, pourrait s’avérer une piste intéressante même pour des élèves pour qui il n’avait pas été initialement prévu. Ce ne serait pas la première fois que ça arrive....

Si derrière l’outil se cache une intuition pédagogique et une réflexion métacognitive...ça vaut la peine d’explorer.