Accueil du site* Direction de l’adaptation scolaire et des services complémentairesDéfinitions EHDAA
Déficience intellectuelle profonde (23)
La Direction de l’Adaptation Scolaire ( DAS) du Ministère de l’Éducation , des Sports et des Loisirs (MELS) a publié en 2006 un document intitulé
"L’organisation des services éducatifs aux élèves à risque et aux élèves
handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA)

mise à jour qui remplace celui intitulé Élèves handicapés ou élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) : définitions (2000).


Ce document est disponible sur le site de la DAS

Manifestations généralement observées sur le plan scolaire


Du point de vue des apprentissages :

  • Apprentissages limités réalisés principalement par la manipulation, l’exploration, l’expérimentation et l’association.
  • Difficulté liée à la parole, souvent non acquise.
Du point de vue du fonctionnement à l’école :

  • Difficultés sur le plan affectif : grande difficulté à exprimer ses émotions, à faire comprendre une demande, à exprimer un besoin ou à faire un choix.
  • Difficultés sur le plan social : interactions plutôt restreintes, difficiles à saisir et rarement le résultat de son initiative ; habiletés sociales peu développées et risque de présenter des comportements sociaux inappropriés.
  • Difficultés sur les plans moteur et physique :
    • possibilité d’hypotonie, d’hypertonie ou de spasticité ;
    • mouvements involontaires ;
    • manque de dextérité manuelle ;
    • faible capacité de coordination rendant ardue l’exécution des gestes fonctionnels les plus élémentaires ;
    • souvent, état de santé précaire.

Évaluation diagnostique et conclusions professionnelles

L’élève handicapé par une déficience intellectuelle profonde est celui :

  • pour qui une évaluation a été réalisée par un psychologue ou un conseiller d’orientation faisant partie d’une équipe multidisciplinaire ;
  • dont l’évaluation des fonctions cognitives au moyen de tests standardisés indique un quotient intellectuel ou de développement inférieur à 20-25 ;
  • pour qui une évaluation du comportement adaptatif faisant ressortir les déficiences a été réalisée.

Limitations ou incapacités

L’élève handicapé par une déficience intellectuelle profonde est celui :

  • qui a des limites importantes sur le plan du développement cognitif, qui rendent impossible l’atteinte des objectifs du Programme de formation de l’école québécoise et qui requièrent un programme spécifique ;
  • dont les habiletés de perception, de motricité et de communication sont très limitées, exigeant des méthodes d’évaluation et de stimulation individualisées ou le recours à une aide technique ;
  • dont les capacités fonctionnelles sont très faibles sur le plan de l’autonomie personnelle et sociale ;
  • pour qui il est possible que des déficiences associées soient présentes.