Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An-9
Réussir, c’est FantasTIC

Responsables du projet : Yves Boucher, Élèves en difficulté grave d’apprentissage, École Notre-Dame-de-Lourdes, secteur St-Jean

 

Présentation du projet

L’école NDL a eu une année de préparation en 2008-2009 pour faire des tentatives d’intégration en classe régulière avec des élèves provenant de la classe d’adaptation scolaire de type DGA.

Comme l’expérience s’est avérée positive pour plusieurs de ces élèves , l’école NDL a étudié plusieurs modèles d’intégration d’élèves DGA déjà existants au Québec. La direction a ainsi rédigé un projet et l’a présenté à la commission scolaire des Hautes Rivières. Grosso modo, le projet consiste en l’intégration de 16 élèves DGA dans des classes régulières de 4e, 5e et 6e années. Parallèment à la mise en place de ce projet, une demande d’allocation de la mesure 30054 a été faite par l’école NDL au MELS afin de favoriser le développement de l’utilisation des outils d’aide technologique dans le cadre du projet « Réussir c’est fantasTIC ».

Des investissements importants ont été faits par l’école NDL St-Jean pour faire l’achat, notamment, d’un ordinateur portable par enseignant et 3 canons. 30 ordinateurs portables et un charriot de recharge ont aussi été achetés pour créer un laboratoire mobile.

L’enseignante ressource qui était rattaché auparavant à la classe fermée de cette classe et un service en orthopédagogie à 50 % a été mis en place cette année pour permettre aux élèves en troubles graves d’apprentissage de vivre une intégration totale ou partielle dans un groupe régulier.

Une collaboration étroite entre les titulaires, l’orthopédagogue et l’enseignante ressource a permis à ces élèves de progresser à leur rythme. Il y a eu une différenciation importante en apportant des adaptations et des
modifications aux tâches scolaires pédagogiques tout au long de l’année afin de respecter le rythme de chacun et ce, en mettant l’emphase sur l’utilisation des aides technologiques

 

Problématique et contexte

En tant qu’école d’expertise, nous avons intégré 16 élèves ayant des difficultés graves d’apprentissage dans 4 classes de 3e cycle au primaire. Le problème majeur qu’ont ces élèves, est le manque de stratégie de lecture et d’écriture, ce qui a pour conséquence de ralentir les apprentissages et de diminuer la motivation. Bien que
ces élèves ont déjà appris ces stratégies, ce sont pour eux des concepts abstraits que nous souhaitions rendre plus accessibles grâce à l’interaction qu’offre les technologies.

Le projet visait à faciliter l’enseignement et l’apprentissage des stratégies de lecture et d’écriture. Les outils technologiques devaient aider les intervenants à rendre plus explicites l’enseignement de ces stratégies. Ces outils devaient aussi aider les élèves à reconnaître, inventorier et transférer les stratégies de lecture et d’écriture. D’autre part, nous avions aussi le désir de maintenir des élèves en difficulté grave d’apprentissage dans un contexte de classe régulière.

L’utilisation des technologies favorise la différenciation pédagogique et l’interactivité, ce qui est primordiale lorsque des élèves sont intégrés en classe régulière. Grâce à certains outils technologiques (organisateur graphique, portfolio numérique...) même les élèves "réguliers" bénéficieront de ce projet.

Le présent projet est en lien direct avec 3 des 5 orientations de notre plan de réussite.
Orientation 1 : L’élève développe ses compétences en lecture et en écriture.
Orientation 2 : L’élève développe ses compétences d’ordre méthodologique.
Orientation 4 : Nous valorisons la persévérance scolaire des élèves par le développement du plein potentiel de chacun.

Le fait que nous soyons une école d’expertise en intégration d’élèves avec des difficultés graves d’apprentissage, l’équipe-cycle est mobilisée pour la réussite de ces élèves.

Ce projet se démarque par une utilisation des technologies en tant qu’agent de motivation pour le développement des compétences. Que ce soit pour l’enseignement ou l’apprentissage, nous souhaitons que ce projet permette aux élèves ciblés de vivre des réussites grâce aux technologies.

 

Compte-rendu

Les interventions en classe ou en sous-groupes ont été apportées pour les accompagner dans leurs apprentissages selon leurs besoins particuliers.


Des interventions spécifiques ont été apportées :

 

Lecture

  •  

    Développer le traitement alphabétique

  • Traitement orthographique

  • La fluidité de lecture

  • Les stratégies de compréhension

  • Imagerie mentale

  • Utilisation d’outils d’aide technologiques

 

Écriture

  • Classes de mots

  • Structure de phrases

  • Schéma du récit

  • Technique de rédaction

  • Techniques de correction

  • Utilisation d’outils d’aide technologiques

 

Math

  • Résoudre à l’aide de concepts mathématiques

  • Résoudre des problèmes

  • Langage mathématique

  • Utilisation d’outils d’aide technologiques

 

Soutien direct et indirect

  • Enregistrement et numérisation de texte

  • Utilisation d’un aide technologique à la lecture et à l’écriture

 

Word Q

  • Utilisation d’un portable en classe et en décloisonnement

  • Modification, adaptation et réduction des tâches

  • Accompagnement personnalisé pour les évaluations

  • Soutien à l’organisation de l’étude à la maison (feuille d’étude personnalisée)

  • Modifications et adaptations aux tâches réelles de classe

  • Accompagnement en classe

  • Accompagnement aux évaluations

  • Entrevue orale pour certaines évaluations en français,
    mathématique, univers social, éthique et cultures religieuses et sciences et technologie

 

Planification :

Soutien et libération pour la planification d’étape avec les
enseignants

Évaluation

Rencontre pour échanger et valider le jugement des apprentissages de l’élève intégré.
•Accompagnement pour les commentaires et notes à inscrire au bulletin.

 

Résultats

Certains élèves intégrés ont fait de beaux progrès cette année. Nous en sommes très fiers. Plusieurs réussissent aussi bien que les élèves de leur classe avec les adaptations et les outils adaptés à leur besoin. D’autres réussissent à leur mesure en classe et il faut les accepter comme ils sont, avec leur différence. Un changement significatif a eu lieu pour plusieurs d’entre eux. Un sentiment de pouvoir être compétent avec les bons outils et un accompagnement réaliste s’est installé. On n’entend plus leur nom de la même façon à l’école. Ils ne sont plus identifiés comme étant des élèves en difficulté, mais bien faisant partis d’un groupe classe avec des amis dans celle-ci.

Quelques élèves ont par contre eu plus de difficultés avec l’intégration. Un manque d’habiletés sociales et des troubles neurologiques associés en sont principalement la cause.

Les enseignants qui ont participé à ce projet y croient et ont pu constater qu’avec un soutien particulier et l’aide de certains professionnels, ce type de projet est bénéfique pour les élèves et très réalisable. La participation volontaire des enseignants est fondamentale pour la réussite de ce projet.

Voici les objectifs du projet et des commentaires concernant les indicateurs que nous souhaitions observer.

1. Les enseignants, ainsi que les autres intervenants, sont en mesure d’utiliser certains outils technologiques dans leur enseignement et dans l’accompagnement de leurs élèves après deux années d’expérimentation. Il y a eu un énorme progrès par rapport à la situation initiale.

2. Les élèves sont en mesure d’utiliser certains outils technologiques pour favoriser leur apprentissage. Nous voulions observer une hausse des résultats pour les élèves ciblés en français et en mathématique. Bien que dans certains cas, il y a eu une augmentation significative des résultats, l’observation la plus importante concerne la motivation des élèves et le rehaussement de l’estime de soi marqué pour une bonne partie des élèves ciblés.

4. Les élèves sont plus en mesure de faire de l’introspection et ainsi mieux connaître leurs forces et leurs limites. Ils ont été initiés cette année à l’utilisation du portfolio numérique,ce qui les aidera à réfléchir et porter un jugement sur leur processus d’apprentissage.L’utilisation des aides technologiques combinée à l’intégration scolaire dans une classe régulière ont eu un impact très positif sur le développement global de ces élèves, tant au niveau de l’instruction, de la socialisation et de la qualification.

5. Les élèves seront très certainement mieux outillés pour le passage du primaire au secondaire. Nous insistons l’élève à utiliser des méthodes de travail efficaces afin de faciliter son passage au secondaire. Cinq de nos élèves FantasTIC passeront au secondaire l’an prochain. C’est à ce moment que nous pourrons voir s’il y aura transfert des acquis dans un autre contexte d’apprentissage.

 

Diffusion du projet

Le projet a été présenté au congrès de l’AQUOPS cette année.

Nos deux orthopédagogues impliqués dans le projet ont été invités à passer une entrevue à la télévision d’une station de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Un DVD portant sur notre projet a été présenté à toutes les directions de l’école de la commission scolaire.

Nos deux orthopédagogues ont servi de personnes soutien au sein de la commission scolaire (voir plus bas).

 

 

Possibilité de transfert

Le projet a eu des retombées très positives dans plusieurs écoles de la commission scolaire. Voici en résumé les interventions qui ont été réalisées en ce sens.
 

Voici les formations, accompagnements et rééducations orthopédagogiques offerts par le service "Réussir c’est FantasTIC" pour l’année 2010-2011 :

Formation donné dans d’autres écoles :
École Jean-XXIII
École St-Vinccent
2 groupes d’orthopédagogues (groupe débutant et groupe avancé)
École Bruno-Choquette
École Micheline-Brodeur
École des Prés-Verts
Polyvalente Marcel-LandryAteliers de formation avec des élèves ayant des besoins particuliers autres que les FantasTICs :

*École NDL St-Jean (Atelier TIC - 2 périodes par cycle de 6 jours depuis le début de l’année)
*École Bruno-Choquette (2 périodes par cycle de 6 jours depuis mars 2011)
*École des Prés-Verts (rencontre de 1h30 avec 7 élèves avec des conduites dyslexiques)
... possibilité de retourner les accompagner au besoin.
* Avec un élève de la polyvalente AR-1re secondaire de 15 h à 16 h 30 de septembre à novembre 2010

Soutien et accompagnement des enseignants impliqués à l’intégration :
* École NDL St-Jean
* École Bruno-Choquette
* Polyvalente Armand-Racicot de septembre à novembre 2010 (avec l’orhopédagogue et l’enseignante-ressource).

Soutien technique direct, par téléphone ou par courriel :
* École Jean-XXIII : Aller redémarrer le profil des élèves et ajuster les paramètres d’utilisation.
* Plusieurs appels et courriels d’orthopédagogues concernant WORDQ et la numérisation
* Numérisation de plusieurs documents incluant plusieurs épreuves MELS
* Numérisation des évaluations de lecture et univers social à NDL St-Jean
* Partage de ces évaluations avec les autres écoles utilisant le même matériel
* Consultations concernant les critères de classement admissibles au projet "FantasTIC"
* Plusieurs appels au service TIC de la CS pour arrimer les besoins TIC avec les services de la CS (Réseau, portail, communauté...).
* Création de plusieurs documents servant de procédures d’utilisation avec WordQ partagés avec les orthopédagogues et les enseignants de la CS des Hautes-Rivières.

 

Conditions particulières

 

Recommandations pour la poursuite du projet l’an prochain :

  • De poursuivre le projet d’intégration à l’école NDL secteur St-Jean avec une équipe d’enseignants volontaires.

  • De commencer l’intégration en classe régulière le plus tôt possible, soit au 2e cycle du primaire pour diminuer les risques d’un écart qui peut se creuser très rapidement sans les évaluations et les adaptations précoces nécessaires. Nous pourrions ainsi suivre l’exemple de différents projets déjà vécus au Québec et qui ont déjà fait leurs preuves par exemple à la CS de Marie-Victorin et à la CS de Ga.

  • Il serait pertinent d’augmenter le nombre d’élèves à intégrés à l’école NDL St-Jean afin qu’elle devienne l’école d’orthopédagogue à 50%.

  • De former des regroupements selon les difficultés afin de les intégrer dans un même groupe avec un enseignant volontaire pour rendre son travail plus réaliste.
  • De bien accompagner les enseignants, les élèves, les parents et de les outiller afin de pallier aux difficultés d’apprentissage.

  • De cibler des compétences réalistes en français et en mathématique pour chacun des élèves intégrés à partir des échelles de niveau de compétences, des exigences minimales de fin de cycle, du programme de formation et du document « Progression des apprentissages en français ».De mettre en place des adaptations et des modifications pour ces élèves.

  • D’outiller les élèves avec de bons outils pour les aider à progresser malgré leurs difficultés.

  • De poursuivre la formation des élèves afin de les rendre plus habiles avec les nouvelles technologies.

  • De vérifier si une prise de médication est nécessaire pour l’élève (cela peut faire toute la différence !).

  • Utiliser un système visuel constant en classe pour les aider à mieux s’organiser.

  • Continuer à développer les forces et miser sur leurs intérêts pour rendre leur vie scolaire plus agréable.

Prolongation du projet

Le projet doit se poursuivre l’an prochain à notre école. Pour la suite, on n’en sait rien. Ce projet est UN MODÈLE D’INTÉGRATION EXEMPLAIRE qui prouve que l’on peut intégrer au régulier des élèves en difficulté grave d’apprentissage plutôt que de les maintenir dans une classe spéciale. Il origine de la volonté d’intervenants d’une école d’offrir à ces élèves une éducation de qualité dans le cadre le plus normal possible, soit la classe régulière.

Ce n’est pas un modèle qui fait l’unanimité au sein des intervenants du système scolaire québécois. Il en est de même au sein de notre commission scolaire. Plusieurs valorisent encore la traditionnelle classe spéciale pour desservir cette clientèle. La direction générale et le Services des ressources éducatives nous ont très bien supportés dans la réalisation de ce projet. La subvention que nous avons reçue par l’entremise de votre programme a permis que le projet se déroule dans de très bonne condition : ajout d’une personne ressource, libération pour la formation et la libérations des enseignants. Il est vrai que notre modèle coûte plus cher qu’une classe spéciale. C’est pour cela que l’avenir de notre projet est incertain. Il faudra une volonté politique très claire qui devra être exprimée de la part du Ministère et de la Commission scolaire afin qu’un projet comme celui-ci puisse se poursuivre dans l’avenir.

 

Commentaires

 

Je vous rappelle que ce projet d’expérimentation des aides technologiques à l’écriture avec une clientèle spéciale s’inscrit dans un projet plus grand qui est de maintenir des élèves DGA dans un cadre scolaire le plus normal possible, soit la classe régulière. Nous sommes un point de service pour les écoles primaires de la commission scolaire et c’est la première fois qu’un tel projet d’intégration est mis en place. Mise à part une élève que nous avons dû retourner en classe spéciale, quinze élèves ont donc été maintenus en classe régulièredurant les deux années de ce projet. Cela va se poursuive l’an prochain malgré le fait que nous ne recevions plus le même financement, notamment la subvention.

La viabilité d’un tel projet d’intégration d’élèves DGA dans une commission scolaire repose sur les conditions suivantes :

  • Initiative qui doit partir du milieu

  • Volonté des intervenants de travailler en coopération

  • Réduction du nombre d’élèves par classe qui intègrent les élèves DGA. On doit se rappeler que ces derniers s’ajoutent aux élèves à risque qui font partie de la clientèle régulière.Cela implique donc un financement supplémentaire.

  • Support direct et indirect donné à l’enseignant et l’élève par une enseignante orthopédagogue, permettant ainsi que l’enseignant ne se sente pas submergé par cette intégration

  • Financement suffisant pour l’achat du matériel adapté (ordinateurs, aides technologiques, etc)

  • Financement suffisant pour la libération des intervenants pour de la formation mais, surtout, pour la planification et la concertation pédagogiques