Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An-9
Conditions facilitantes pour l’utilisation par les élèves de la fonction de prédiction de mots en écriture au secondaire.

Responsables du projet :

Josée Labossière et Patrick Simard.  Élèves en difficultés graves d’apprentissage en classe à effectif réduit et en classe ordinaire au secondaire. Plusieurs écoles

 

Présentation du projet

Nous souhaitions déterminer les conditions requises pour l’utilisation de la fonction de prédiction de mots (intégrée dans un logiciel d’aide à la rédaction), en contexte d’apprentissage et d’évaluation, en classes ordinaires et spécialisées au primaire et au secondaire. Nous avions deux projets, un au primaire et un au secondaire. Au total, des équipes de 20 écoles primaires et 14 écoles secondaires ont participé soit une cinquantaine d’enseignants titulaires entourés chacun d’une équipe d’intervenants de diverses professions. Toutes les équipes ont été invitées la première année du projet à une journée de formation sur la prédiction de mots. Des grilles d’observation ont été conçues et remises à chaque équipe pour les soutenir dans leur expérimentation. Une communauté a été créée sur le Portail de la commission scolaire ainsi qu’un blogue afin de diffuser de l’information aux participants et d’offrir un lieu d’échange. Les observations de chaque équipe sont diffusées aux autres équipes. Des logiciels de prédiction de mots ont été achetés pour chaque école participante. Chaque titulaire participant a pu bénéficier de journées de libération. Des rencontres de bilans de mi-projet regroupant en moyenne 6 écoles chacune ont eu lieu en mai 2010. Dans la deuxième année, un choix de six formations a été offert afin de répondre aux besoins exprimés par les participants. Des journées de libération ont été payées à nouveau et des rencontres de bilan de fin de projet se sont tenues en mai 2011 avec toutes les équipes.

Volet 1 : L’utilisation de la prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe à effectif réduit.

Volet 2 : L’utilisation de la prédiction de mots en contexte d’apprentissage en classe régulière.

Volet 3 : L’utilisation de la prédiction de mots en contexte d’évaluation.

Volet 4 : L’utilisation de la prédiction de mots en contexte d’apprentissage en combinaison avec un logiciel de correction orthographique

 

Problématique et contexte

Nos élèves ont des troubles d’apprentissage du langage écrit. Ils éprouvent de sérieuses difficultés tant en écriture qu’en lecture. Lorsqu’ils doivent produire un texte en situation d’apprentissage ou d’évaluation, leurs difficultés à utiliser les voies d’assemblage et d’adressage produisent une importante surcharge cognitive. Ils arrivent donc peu à peu à produire des phrases et encore moins des paragraphes puisque leur processus de production de mots est terriblement complexe. Ils se découragent souvent et n’arrivent pas à terminer et à corriger leur production écrite même s’ils auraient souvent de très bonnes idées à exprimer. 

Nos élèves ont besoin d’aide pour l’écriture des mots, des phrases et des textes. Nous savons que depuis l’info-Sanction 554, il est désormais possible pour un élève avec un trouble d’apprentissage grave du langage écrit d’utiliser des aides à l’écriture même en situation d’examen. Nous savons que l’utilisation efficace de ces aides demande un long apprentissage. Nous savons aussi que tous les élèves qui ont des troubles d’apprentissage ne bénéficieront pas de l’utilisation des mêmes fonctions d’aide. Nous voulions donc initier nos élèves à la fonction de prédiction de mots et déterminer dans quels contextes cette fonction est la plus aidante, quels sont les préalables nécessaires pour l’utiliser, quelle démarche est facilitante pour amener nos élèves (ceux pour qui elle sera utile) à utiliser cette fonction de façon autonome en contextes d’apprentissage et d’évaluation. 

 

Compte-rendu

L’an 1 d’abord, chaque équipe de chaque volet au secondaire a participé à une formation le 25 novembre 2009 sur l’utilisation des logiciels d’aide à la rédaction et à la correction avec Madeleine Fauteux.

Deux grilles d’observation ont été remises à chaque équipe. Une grille "installation " en lien avec tous les aspects techniques et matériels et une grille "pédagogique" en lien avec la démarche pédagogique.

Nous avons ensuite fourni un certains nombre de logiciels Word Q à chacune des équipes (de 1 à 3 selon le nombre de titulaire impliqué par école). Ensuite, chaque équipe a expérimenté avec la fonction prédiction de mots du logiciel Word Q avec ses élèves dans un contexte particulier : initiation en classe (avec un projecteur) ou individuellement, utilisation dans un contexte d’apprentissage ou dans un contexte d’évaluation, en classes spéciales ou en classes régulières, en combinaison ou non avec un logiciel d’aide à la correction (logiciel Antidote). Nous avons pu payer 2 jours de suppléance à chaque titulaire afin de permettre de travailler avec des collègues sur ces aspects.

Nous avons une communauté sur le Portail de la CSDM via laquelle nous partageons de l’information. L’équipe du Récit CSDM offre du support. Un blogue est aussi intégré à la communauté afin que les participants puissent partager leurs questions et réflexions.

En mai, toutes les équipes d’un même volet se sont rencontrées (une journée) pour partager leurs observations.

En 2010-2011, nous avons recommencé une démarche similaire. Nous avons offert aux équipes 6 choix de formations d,une demi-journée. Chaque personne pouvait assister à deux formations . 

1) Antidote (Antidote est un logiciel de correction grammaticale et d’aide à la rédaction. Différentes fonctions de ce logiciel seront abordées dans cet atelier ainsi que l’application de ces fonctions dans un contexte d’apprentissage.)

2) Word Q avancé (Comment aborder l’apprentissage de ce logiciel chez les élèves, comment intégrer d’autres outils comme Lexibook et Euréka ! pour soutenir les élèves dans leurs écrits)

3) Word Q = débutant Mains sur les touches (Comment ouvrir son Word Q, comment utiliser les différentes fonctions )

4) Gestion de poste (Cet atelier s’adresse aux personnes qui sont débutantes avec l’utilisation de l’ordinateur. Les thèmes suivants seront abordés : gestion des dossiers, ouvrir/fermer l’ordinateur, ouvrir/fermer des programmes, sauvegarder des documents sur le mégaserveur, sur une clé USB…)

5) Logiciel Audacity et idéateurs(Audacity est un logiciel de traitement et d’édition audio. L’Idéateur est un logiciel qui permet à l’utilisateur d’organiser des idées hiérarchiquement.

6) Atelier sur les enjeux de la numérisation 

Nous avons diffusé et partagé de l’information via notre communauté sur le portail. Des rencontres ont eu lieu par sous-groupes en mai afin de partager les projets de chaque équipe, de partager des nouvelles informations quant à l’utilisation des aides technologiques en période d’examen (introduction du logiciel PDF Xchange Viewer) et de travailler sur un document visant à compiler les conditions gagnantes pour l’implantation des aides à l’écriture, plus particulièrement la fonction de prédiction de mots. 

 

Résultats

Nous avons réussi à dégager les conditions gagnantes. Un document sera produit sous peu. Entre autres on y parlera :

A) Conditions favorables en lien avec la réceptivité du milieu

B) Mise en place d’une structure d’accueil pour les élèves ayant des besoins particuliers pour qui l’utilisation d’une aide technologique ayant une fonction de prédiction de mots est nécessaire

C) Détermination des besoins particuliers des élèves

D) Formation et accompagnement du personnel

E) Détermination des besoins particuliers des élèves

F) Soutien aux élèves dans l’utilisation de leur aide technologique

G) Soutien technique et matériel technologique

H) Approches et matériel complémentaires

Également, le projet a permis de développer des compétences à utiliser des aides technologiques chez un très grand nombre de participants. Plusieurs participants au projet provenant des écoles sont capables maintenant de soutenir d’autres enseignants de leur école. Dans certains milieux, une réorganisation de la tâche des orthopédagogues et des enseignants-ressources au secondaire a été effectuée et plus de temps sera consacré au soutien des élèves qui utilisent des aides technologiques à l’écriture et à la lecture au cours des prochaines années. 

Également le projet a aidé à développer une plus grande expertise en lien avec les aides technologiques à la lecture et l’écriture auprès des conseillers pédagogiques en adaptation scolaire et en informatique.

Le service de l’imprimerie et le bureau de l’organisation ont également développé de l’expertise en lien avec les aides technologiques. Notamment en tout ce qui concerne la numérisation des documents afin qu’ils puissent être lus par la synthèse vocale. 

 

Diffusion du projet

Le projet a été présenté au colloque de l’AQETA en mars 2011.

Nous avons une communauté privée pour les participants au projet qui deviendra publique l’an prochain.

Toutes les équipes étaient tenues au courant de l’évolution des projets des autres équipes. 

Nous informions régulièrement les conseillers pédagogiques en adaptation scolaire de l’évolution du projet.

Nous diffuserons l’an prochain notre document sur les conditions facilitantes au sein de notre commission scolaire.

Plusieurs vidéos de témoignages de participants au projet (enseignants et élèves) ont été produits en collaboration avec le service informatique et le RÉCIT. Ils sont disponibles sur notre communauté et sur le site du RÉCIT. Certains ont été présentés au colloque de l’AQETA.

 

Possibilité de transfert

Nous avons présenté le projet au colloque de l’AQETA en mars 2011. La première version du document sur les conditions facilitantes a été remise à toutes les personnes qui ont assisté à la présentation. Suite à cette présentation nous avons reçu des demandes de 3 autres commissions demandant l’autorisation de diffuser notre document au sein de leur commission scolaire.

Notre commission scolaire a présenté le projet au Prix D’excellence de la Fédération des Commissions Scolaires

 

Conditions particulières

Les formulaires de présentation de projet et de bilans sont vraiment difficiles à remplir et nous ont pris à chaque fois de nombreuses heures. Ce fut le cas les trois fois que nous avons dû les utiliser. Ce n’est pas le contenu qui est extrêmement problématique, c’est le formatage du document. 

Le fait de pouvoir utiliser seulement 10% du budget pour le matériel nous a compliqué la tâche l’an dernier car nous n’avons pas pu fournir autant de logiciels que nous l’aurions souhaité. 

L’installation des logiciels fut également complexe dans certains cas et a ralenti le projet l’an dernier

 

Prolongation du projet

Le projet se termine en juin officiellement. Nous n’avons plus de budget pour assumer la suppléance. Cependant le projet reste vivant car nous continuerons à alimenter la communauté sur le portail et offrirons aux équipes qui le veulent de se réunir 2 fois par année pour continuer à partager leurs pratiques. Également une communauté de codéveloppement initiée par des participants au projet en association avec le Centre des enseigants et enseignantes de la CSDM sera formée.