Accueil du site* Publications officielles MELSMesure 30054Bilans-An-9
Élèves en difficultés d’apprentissage intégrés en classe régulière et qui n’ont pas d’outils technologiques

Responsable du projet :

Tanya K HammÉlèves en difficultés d’apprentissage intégrés en classe régulière et qui n’ont pas d’outils technologiques, École Mitchell-Montcalm

 

Présentation du projet

L’organisation scolaire du secondaire nous amène à chercher des moyens novateurs pour soutenir les élèves intégrés au régulier. Ainsi, dès la rentrée scolaire, des trousses technologiques comprenant un ordinateur, un casque d’écoute, un stylo lecteur et tous les logiciels de soutien à la lecture et à l’écriture seront mises à la disposition des élèves dyslexiques et dyspraxiques intégrés en classe au secondaire. Ces trousses, gérées et encadrées par le personnel professionnel nous permettrons de valider des pratiques gagnantes auprès de ces élèves et surtout, de rendre disponibles des outils de soutien reconnus tout en palliant d’une certaine façon au manque d’effectif en orthophonie.

Plusieurs de ces élèves sont dans une zone limite pour recevoir un ordinateur via une mesure ou sont en attente d’une évaluation. Dans plusieurs cas, des outils sont prescrits sans en avoir validé l’utilisation et surtout sans avoir identifier les contextes et les stratégies qui feront la différence pour l’élève.

Ces trousses sont achetées dans cet esprit, mais pour que ce projet soit une réussite, les professionnels, les enseignants-ressources et les enseignants du régulier doivent être formés à l’utilisation de ces outils tant sur le plan technique que stratégique et organisationnel puisqu’ils auront dans une même classe, quelques élèves ayant recours à ces outils pendant que les autres travaillent autrement. L’enseignant devra donc connaître les outils et en stimuler l’utilisation dans le plus grand nombre de contextes possibles.

 

Problématique et contexte

Actuellement, les élèves en difficultés d’apprentissage intégrés dans les classes régulières au secondaire qui n’ont pas encore bénéficié du soutien informatique sont encore nombreux. Ces élèves passent d’une classe à l’autre avec ou sans diagnostic officiel, mais présentant souvent des difficultés qui s’apparentent à la dyslexie ou la dyspraxie. Certains attendent une évaluation, d’autres attendent un soutien particulier. Les enseignants et les enseignants-ressources les reconnaissent et souhaiteraient mettre en place des mesures de soutien et de validation de la pertinence des outils technologiques plus rapidement.

Souvent ces élèves reçoivent les outils technologiques tard dans le parcours scolaire et n’ont pas eu l’occasion de développer les compétences nécessaires pour y recourir de manière efficace.

Souvent les outils reçus ne répondent pas au besoin ou encore ne sont pas accompagnés du contexte d’utilisation pour répondre au besoin puisque les ressources ne sont pas disponibles pour en faire l’expérimentation.

Pour toutes ces raisons, la CSRS met de l’avant un projet qui rendra disponible, dans toutes les écoles secondaires des trousses qui seront en prêt à ces élèves.

En ce qui concerne les élèves, les besoins les plus souvent rencontrés sont :

- Soutien à l’organisation des idées (Idéateur, Traitement de texte)

- Alternatives l’écriture manuscrite (Traitement de Texte, Audacity, Idéateur, Etc)

- Alternatives à la prise de notes (Lecteur, Enregistreuse, Etc)

- Soutien et méthodologie en correction (Dictionnaire Électronique, Correcteur, Etc)

- Synthèse vocale

- Prédiction de mots

 

Compte-rendu

Ce projet a été réalisé en tenant compte de l’échéancier prévu sauf un petit retard dans le déploiement de trousses dans les écoles.

Tout d’abord, les directions responsables de ce projet ont échangé sur un protocole commun de prêt du matériel. Il a été convenu que chacune des écoles aurait un déploiement différent, mais que le matériel resterait à l’école en tout temps, et ce, pour assurer une longévité accrue du matériel acheté, mais aussi pour limiter les pertes et les bris. Chacune des écoles a élaboré son protocole de prêt et l’a remis à la personne responsable du projet.

En octobre et novembre, nous avons organisé des rencontres de formation avec les enseignants ressources des écoles secondaires. Le fonctionnement des logiciels et des périphériques a été montré et les enseignants ont eu des libérations en groupe et individuellement pour s’approprier les logiciels. Un blogue a aussi été créé pour déposer des liens vers des documents téléchargeables. Des tutoriels version papier et vidéo ont aussi été créés pour aider les enseignants et les élèves à mieux s’approprier les logiciels inclus dans la trousse.

http://projettrousse.blogspot.com/

Suite à cette rencontre de formation, les enseignants devaient cibler des élèves en difficultés et dresser un portrait des besoins de ceux-ci et identifier les possibles utilisations de la trousse et les contextes qui y sont associés.

Dans une deuxième phase, les enseignants ressources ont ciblé des enseignants du régulier qui accueillent des élèves en difficulté ayant accès à une trousse d’aides techniques. Nous avons élaboré une formation alliant apprentissage technique et applications pédagogiques. Cependant, nous avons fait un grand pas sur les apprentissages techniques, mais très peu en pédagogie. L’appropriation des outils a été beaucoup plus laborieuse que nous l’avions prévu. Nous bonifierons assurément cette étape l’an prochain.

En dernier lieu, tous les enseignants participants à ce projet ont eu droit à des libérations individuelles et de sous-groupe pour rencontrer les élèves, se former davantage sur les outils, adapter des situations d’apprentissage ou encore échanger avec des collègues sur les utilisations en classe. 

 

Résultats

Les objectifs du projet étaient de permettre à un plus grand nombre d’élèves de bénéficier des outils technologiques sur une base régulière, de donner la chance à ces élèves de pratiquer et d’expérimenter avec ces outils pour développer des stratégies gagnantes et de former les enseignants du régulier et les enseignants-ressources afin qu’ils puissent soutenir les élèves dans cette démarche.

Ces objectifs ont été atteints et les commentaires des élèves et des enseignants nous démontrent que ce projet a généré des résultats plus que positifs. Nous avons utilisé la méthode des focus group pour recueillir nos données. Les enseignants ont été rencontrés en début et en fin de projet pour discuter des besoins, des aspects relatifs à la formation, des apports pour les élèves et du protocole de prêt.

Nous pouvons affirmer que la motivation à écrire chez des élèves en difficulté d’apprentissage a été augmentée grâce aux aides techniques fournis. Les enseignants ont remarqué une augmentation sur le plan de l’autonomie dans les tâches de lecture. Les questions étaient moins fréquentes et les résultats obtenus par les élèves plus élevés. L’utilisation de WordQ et Antidote a permis de limiter la surcharge cognitive dans les tâches de lecture et de favoriser le développement d’habileté métacognitive en contexte d’écriture. Les enseignants ont aussi noté une persévérance plus accrue face aux tâches d’écriture et de lecture. De plus, des indices relatifs à l’augmentation de la confiance en soi et de l’estime de soi peuvent être ressortis de ces échanges.

Dans une des écoles secondaires, le logiciel pour organiser ses idées CMap a été utilisé auprès de tous les élèves de secondaire 1 en contexte d’écriture et de lecture pendant la première étape. Les élèves en difficultés ayant accès à une trousse ont donc eu la possibilité de réinvestir ces connaissances tout au long de l’année.

 

Diffusion du projet

Nous avons créé un blogue pour le projet. Cet espace web a été enrichi tout au long du projet. Nous y avons déposé des tutoriels vidéo et des liens vers des sites Web existants. Une vidéo a été tournée auprès des différents élèves et enseignants participants au projet. La partie montage vidéo n’est pas encore complétée, mais sera disponible en septembre sur le blogue et sera largement diffusée dans les milieux. Cette vidéo vise à outiller les enseignants ressources et les directions pour faire de la sensibilisation sur l’utilisation des aides techniques en classe et d’amener une compréhension commune des possibilités des outils tout en expliquant les principes d’égalité et d’équité. Cette question a été longuement débattue lors des formations et il est important que tous les intervenants aient une vision commune de ces outils pour que les élèves puissent les utiliser dans tous les contextes où ils éprouvent des besoins.

 

Possibilités de transfert

Ce projet a été bien documenté et il est facilement transférable d’un milieu à l’autre. Certaines écoles (formation aux adultes et écoles spécialisées) qui n’étaient pas visées par le projet pour la première année ont tout de même assisté aux formations et elles ont fait l’achat de trousses pour leurs écoles. Nous avons dressé une liste des logiciels et des périphériques associés aux trousses et nous pouvons facilement transmettre ces informations aux écoles, aux professionnels et aux enseignants. 

Nous avons aussi privilégié l’utilisation des logiciels disponibles gratuitement et installés sur notre réseau pour stimuler l’utilisation dans plusieurs contextes, et ce, tant à la maison que sur les ordinateurs personnels des élèves. Ces trousses n’ont pas besoin d’un accès réseau puisque tous les logiciels sont disponibles en poste seulement. 

La formation offerte aux enseignants permettra d’assurer un meilleur suivi de l’utilisation des aides techniques, et ce, tant pour les élèves ayant accès aux prêts de trousse qu’à ceux qui ont leurs propres aides techniques.

La création d’une vidéo sur les effets positifs des aides techniques est aussi un excellent moyen pour diffuser les retombées de ce projet auprès des enseignants de notre commission scolaire. Étant donné que cette vidéo sera aussi disponible sur le blogue du projet, la diffusion sera aussi faite par la liste du RÉCIT.

 

Conditions particulières 

Le projet s’est déroulé avec beaucoup d’efficacité. Les enseignants ressources ont intégré ce projet dans leur tâche. Les demandes de libération ont donc été moins grandes que prévu. Nous avions élaboré un plan de formation qui touchait à la fois aux aspects techniques et pédagogiques. Cependant, nous avons dû nous limiter, pour cette première année, à des formations de nature technique en considérant le niveau de départ de la majorité des enseignants. Les logiciels d’aide à la rédaction et à la lecture ont été plus systématiquement utilisés (wordQ, Antidote) et dans des contextes de soutien dans le domaine des langues (français et anglais). Pour les prochaines années, les enseignants ressources veulent amener les élèves à généraliser l’utilisation de la trousse dans les autres disciplines et diversifier les approches en lecture et en écriture. L’utilisation des logiciels pour organiser les idées et enregistrer sa voix sera une priorité pour les enseignants.

 

Prolongation du projet

Ce projet se terminera à la fin juin puisque les besoins en libération se sont manifestés plus tard. Le montage vidéo des séquences filmées restent aussi à être complété. 

Ce projet se poursuivra encore plusieurs années puisque le service de l’adaptation scolaire a fait des investissements majeurs en ce sens. Les trousses seront bonifiées au fil des ans et de la formation continue sera offerte pour initier les nouveaux enseignants aux aides techniques.